Des débris suspects d'une fusée chinoise retrouvés en Malaisie et Indonésie

La fusée Longue Marche 5B le 24 juillet 2022, jour de son lancement depuis la Chine  - CNS / AFP
La fusée Longue Marche 5B le 24 juillet 2022, jour de son lancement depuis la Chine - CNS / AFP

Des trouvailles qui vont raviver les critiques. Des débris provenant possiblement d'une fusée chinoise dont un segment a fait un retour non-contrôlé dans l'atmosphère ce samedi ont été retrouvés près de villages en Malaisie et en Indonésie.

Parmi ces débris, un anneau de métal carbonisé d'environ cinq mètres de diamètre a été découvert ce dimanche à Kalimantan, en Indonésie, selon des médias locaux. Jonathan McDowell, astrophysicien au Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, a déclaré sur Twitter que l'objet semblait avoir la taille exacte de l'étage central de la fusée chinoise.

"Il n'y a aucun doute dans mon esprit qu'il provient de la fusée ... il est au bon endroit au bon moment et semble provenir du bon type de fusée", a-t-il ajouté.

Risque de pertes humaines ou matérielles

Le 24 juillet dernier, la Chine a lancé dans l'espace le deuxième des trois modules de sa station spatiale en cours de construction. L'engin nommé Wentian, d'environ 20 tonnes et sans astronaute à bord, a été propulsé par une fusée Longue Marche 5B. Toutefois, cette dernière n'a pas été conçue pour contrôler son retour sur Terre, ce qui a suscité des critiques.

Son entrée dans l'atmosphère dégage une immense chaleur et entraîne des frictions, des morceaux peuvent alors brûler et se désintégrer, mais les plus gros engins peuvent ne pas être entièrement détruits et atterrir sur des zones émergées.

"Toutes les nations menant des activités spatiales devraient respecter des pratiques exemplaires" car la chute d'objets de cette taille "présente des risques importants de provoquer des pertes humaines ou matérielles", a tweeté le patron de la Nasa, Bill Nelson.

Plusieurs débris retrouvés

L'armée américaine a annoncé ce samedi que la fusée s'était désintégrée au-dessus de l'océan Indien. Le même jour, des habitants avaient posté des images et des vidéos de débris illuminant le ciel lors de leur rentrée dans l'atmosphère terrestre.

Ce dimanche, des médias locaux ont rapporté plusieurs débris tombés sur la terre ferme. A Sarawak, en Malaisie, deux familles ont même été évacuées de leur maison en raison de préoccupations liées à une potentielle radioactivité, après la découverte à proximité d'un débris soupçonné de provenir de la fusée chinoise. Le rapport montre un morceau de métal enfoncé d'un demi-mètre dans le sol.

"Une mauvaise idée"

Selon l'astrophysicien Jonathan McDowell, sur les six plus grandes rentrées incontrôlées de l'ère spatiale, trois étaient des fusées chinoises récentes.

"Cela montre bien qu'ils se distinguent de ce que font les autres pays aujourd'hui... Nous avons compris dans les années 70 que laisser des engins de 20 à 30 tonnes (rentrer de manière incontrôlée) était une mauvaise idée", écrit-il.

"La Chine est en train de devenir l'une des principales puissances spatiales et nous devons donc trouver un moyen de l'intégrer dans la famille des nations spatiales et, espérons-le, l'encourager à adopter ces normes”, poursuit-il. La Chine est régulièrement critiquée pour sa gestion des débris spatiaux.

En 2020, des débris d'une autre Longue Marche s'étaient écrasés sur des villages en Côte d'Ivoire, provoquant des dégâts, mais sans faire de blessés.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles