Publicité

Cyclone Freddy: Madagascar échappe au pire, quatre morts

De hautes vagues s'écrasent le long du littoral de Sainte-Anne à La Réunion, à l'approche du cyclone Freddy le 20 février 2023. - Richard BOUHET / AFP
De hautes vagues s'écrasent le long du littoral de Sainte-Anne à La Réunion, à l'approche du cyclone Freddy le 20 février 2023. - Richard BOUHET / AFP

Le cyclone Freddy a frappé la côte est de Madagascar mardi soir à 19h20 heure locale (17h20 en France). Porté par des vents puissants, la tempête a atterri à environ 500 km de la capitale Antananarivo dans la région de Mananjary. A l'aube, dans la ville côtière de 25.000 habitants déjà largement détruite l'an dernier par le cyclone Batsirai qui avait tué plus de 120 personnes, les habitants sont sortis voir les dommages.

Dans les rues, un fatras de fils électriques, tôles, morceaux de bois. Beaucoup de maisons ont perdu leur toit, racontent des habitants. Pourtant avant l'arrivée de la tempête, ils avaient lesté le sommet de leur habitation avec des sacs de sable. Habitués aux intempéries, les habitants de l'île utilisent cette méthode avant chaque nouvel épisode.

Mais les vents ont été plus forts. Au moins quatre personnes sont mortes sur l'île, selon un premier bilan du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC). Plus de 16.600 personnes ont été touchées et quelque 4500 maisons ont été inondées ou endommagées. L'étendue complète des dégâts est en cours d'évaluation. Des milliers de personnes avaient été placées préventivement dans des hébergements d'urgence.

"Il y a principalement des dommages liés au vent à l'atterrissage. Nous sommes toujours en train de les évaluer", a expliqué Faly Aritiana Fabien, du BNGRC.

Les récoltes notamment ont été violemment secouées et le pays, parmi les plus pauvres au monde, craint déjà une pénurie de riz et de fruits.

"Supercyclone"

Dans les jours précédents, Freddy était passé au large de l'île française de la Réunion et de Maurice au stade de "supercyclone rangé dans la classe ultime d'intensité" par les prévisionnistes, avec des vents à 220 km/h en moyenne et des rafales allant jusqu'à 320 km/h, a expliqué Sébastien Langlade, responsable de la prévision des cyclones chez Météo-France pour l'océan Indien.

Mais les vents sont retombés en touchant Madagascar et le système qui s'est déplacé rapidement de part en part du pays ne lui a pas laissé le temps de déverser les quantités d'eau torrentielles qui accompagnent généralement les cyclones, selon le spécialiste.

"Les dégâts ne sont pas aussi importants que ceux du cyclone Batsirai", estime la porte-parole de la Croix-Rouge sur place, Mialy Caren Ramanantoanina. "Pas de catastrophe immédiate de grande ampleur", selon les premières constatations de Joaquin Noterdaeme, coordinateur du site de Médecins du Monde à Mananjary.

En début d'après-midi, Freddy avait traversé Madagascar d'est en ouest et était sur le point de quitter le pays par le Canal du Mozambique. Le contact avec des eaux chaudes pourrait à nouveau relever son intensité avant qu'il ne frappe le Mozambique ce vendredi au stade de tempête tropicale intense, selon les prévisions.

La tempête se dirige vers l'Afrique du Sud

Son arrivée sur le continent africain pourrait entraîner de fortes pluies également au Zimbabwe et en Afrique du Sud au cours du weekend. Une dizaine de tempêtes ou cyclones traversent chaque année le sud-ouest de l'océan Indien pendant la saison cyclonique, qui s'étend de novembre à avril. Madagascar avait déjà été frappée par une puissante tempête tropicale en janvier qui avait fait une trentaine de morts. Le pays est par ailleurs el proie depuis des mois à une sécheresse extrême dans une vaste zone du Sud, qui engendre malnutrition aiguë et poches de famine.

Article original publié sur BFMTV.com