Publicité

Cyclone Belal à la Réunion : les premières images de l’arrivée de l’œil du cyclone

MÉTÉO - Des pluies diluviennes et des arbres arrachés par le vent. Confinés dans leur maison, les Réunionnais au cœur du cyclone Belal partagent sur les réseaux sociaux les premières vidéos de rafales très impressionnantes. Ce lundi 15 janvier au matin, l’œil du cyclone tropical est arrivé par le nord de l’île, alors que l’ensemble du département était placé en vigilance violette, le plus haut niveau d’alerte, qui obligait même les secours à rester à l’intérieur. Ce niveau d’alerte a été levée à 13 heures, heures locales, ce lundi, pour laiser place à la vigilance rouge. Les habitants doivent rester confinés, mais les secours peuvent circuler.

Si la première phase de vents violents a été suivie d’une accalmie temporaire, « le calme de l’œil », indique Météo France, le préfet du département, Jérôme Filippini, prévient : « l’accalmie générée par le passage de l’œil du cyclone ne doit pas être interprétée comme la fin du cyclone car les vents violents vont reprendre de façon brutale », a-t-il expliqué sur BFMTV.

Le cyclone a par ailleurs déjà fait un mort : une personne sans domicile fixe, qui n’avait pas trouvé d’abri. La vigilance reste donc de mise, alors que Météo France prévoit ce lundi des vents autour de 200 km/h, pouvant aller jusqu’à 250 km/h sur les hauteurs. Les pluies vont en plus s’intensifier au fil de la journée, tandis qu’au large, des vagues de 12 à 15 mètres devraient se former.

Les conditions météo se dégradent d’heure en heure

L’observatoire français des tornades Keraunos relevait déjà ce lundi matin des rafales atteignant la vitesse de 200 km/h au niveau du Piton Maido, un sommet s’élevant à 2 205 m d’altitude. Comme vous pouvez le voir sur la carte ci-dessous, à 11 heures (heure locale, 8 heures à Paris), les vents dépassaient les 100 km/h sur l’ensemble de l’île, atteignant souvent les 150 km/h.

Dans un point de situation à midi, heure locale, le préfet Jérôme Filippini a également indiqué : « Nous sommes vraiment entrés dans le dur depuis ce matin. L’œil du cyclone est arrivé sur La Réunion, le mur est venu taper le nord de l’île ». Les maires du Port et de La Possession, deux communes du nord-ouest de l’île, ont pour l’heure affirmé à l’AFP qu’aucun dégât significatif n’a été signalé.

Pour autant, les pluies ont déjà provoqué les crues de plusieurs rivières charriant avec elles de nombreux débris. Les niveaux des fleuves devraient encore monter dans la journée, mais pas seulement à cause des pluies. La houle est aussi fautive, puisqu’elle a « refermé le cordon dunaire par lequel les eaux des pluies auraient pu s’évacuer », note Réunion la 1re, précisant qu’aucune intervention n’était possible pendant l’alerte violette.

Jusqu’à nouvel ordre, l’île française de l’océan Indien est sous le coup d’un confinement strict, y compris les services de secours et de sécurité, qui ne peuvent plus circuler. Le niveau d’alerte violette devrait être maintenu au moins jusqu’à mardi matin.

La préfecture fait état de 13 % de foyers privés d’électricité, et quasiment 35 000 personnes sont privées d’eau. Les centres d’hébergement mis en place ont été encore peu sollicités : quelque 600 personnes y ont été admises, notamment parmi la population la plus précaire ou vulnérable en cas de crues.

À voir aussi sur Le HuffPost :

Cyclone Belal à la Réunion : l’île va passer en alerte violette, Attal ouvre une cellule de crise à Beauvau

Neige, froid, verglas… La météo en France cette semaine n’offre pas de répit