Cyclisme: 130 abandons sur une course à l’annonce de contrôles antidopage

Les spectateurs massés sur la ligne d’arrivée à Alicante de Villena n’en sont sûrement pas revenus. Le 2 mars dernier, moins de 30% des coureurs inscrits au départ d’une course cycliste interclubs de Vinalopo (communauté de Valence) ont rallié la ville espagnole. Plus précisément, 52 coureurs sur les 182 présents au départ ont fini le parcours, comme le relate le site Ciclo 21. Pour un total hallucinant de 130 abandons.

"Il était dans le quatuor de tête et puis il a disparu"

Des chutes et de nombreuses crevaisons ont été invoquées pour justifier ces défections en masse. Problème: les vidéos de l’évènement ne montrent pas de chutes significatives et les routes, en parfait état, ne semblaient pas vraiment sujettes aux crevaisons. Les regards se sont rapidement tournés vers une autre raison moins avouable: la présence sur la course des contrôleurs antidopage de la CELAD (Commission espagnole de lutte contre le dopage dans le sport) et la volonté de leur échapper.

Deuxième de la course, Alvaro Marzo a dénoncé la supercherie dans une storie sur son compte Instagram. "Contrôle antidopage à Villena=crevaisons et abandons", a-t-il écrit avec ironie. "Ce n'est pas une formule mathématique, c'est une pure réalité. Voyons s'ils prennent des mesures, c'est une pure blague. D'ailleurs, j'ai passé le contrôle, mon troisième. A voir s’ils me donnent mon contrôle et le publient. Pour un sport propre."

Selon Ciclo 21, ces défections de masse sur ce genre de courses interviennent régulièrement quand une rumeur sur un potentiel contrôle à l’arrivée se propage. Mais l’omerta règne. "Nous savons tous qui y va et qui ne le fait pas", raconte à Ciclo 21 l'un des participants de la course sous couvert d’anonymat. Il cite le cas d’un prétendant à la victoire qui a mystérieusement posé le pied à terre. "Ce n'est pas la première fois qu'il le fait, mais dans cette course il était dans le quatuor de tête et puis il a disparu. Nous sommes déjà fatigués de ces exhibitions et du fait que, quand il y a des contrôles, curieusement les mêmes comme toujours ne terminent pas les courses pour éviter le contrôle. Bien sûr sans preuves on ne peut pas accuser, mais tout est très évident."

Il conclut par un dernier exemple: "L'année dernière, l'un d'eux a quitté la route et a traversé les montagnes pour éviter de franchir la ligne d'arrivée et empêcher les agents antidopage d'effectuer le contrôle. C’est si triste..." Les organisateurs de la course ont, eux, publié un message sur X se vantant de défendre un "cyclisme propre et équitable".

Article original publié sur RMC Sport