Cybersécurité. En Lituanie, haro sur les téléphones chinois

·1 min de lecture

Alors que les relations diplomatiques entre ce pays Balte et la Chine sont exécrables depuis juillet, le ministère de la Défense lituanien encourage désormais les particuliers à ne plus utiliser les téléphones de fabricants chinois, les accusant entre autres d’être équipés d’un système de censure des contenus.

Trois téléphones 5G de fabricants chinois – Xiaomi, Huawei et OnePlus – présenteraient des risques de cybersécurité rendant possible la collecte de données personnelles et la censure de certains contenus, a annoncé mardi 21 septembre le Centre national de cybersécurité lituanien, qui a mené des analyses.

“Les institutions publiques ont acheté des milliers de [ces] téléphones, car ils coûtent moins cher”, s’alarme le ministre de la Défense, Arvydas Anusauskas, dans un entretien avec le média public lituanien LRT. Il y annonce qu’un amendement à la loi sur les marchés publics, en cours de rédaction, proposera d’interdire l’acquisition d’équipements considérés comme peu sûrs par les administrations. De son côté, le vice-ministre de la Défense, Margiris Abukevicius, a invité les Lituaniens à “ne plus acheter de téléphones fabriqués en Chine et [à] s’en débarrasser le plus rapidement possible”, ajoute Delfi, le premier site d’information de Lituanie.

Selon le quotidien économique Verslo Zinios, plusieurs applications du téléphone Xiaomi recevraient périodiquement une liste de près de 500 mots-clés en caractères chinois tels que “Tibet libre”, “mouvement démocratique” ou “

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles