Publicité

Cyberpatrouilles : Darmanin impose de nouvelles mesures pour éradiquer la livraison de drogue à domicile

En pleine intensification de la lutte contre le trafic de stupéfiants en France, Darmanin dote les forces de l’ordre de cyberpatrouilles pour rendre la surveillance des réseaux plus efficace.
NICOLAS TUCAT / AFP En pleine intensification de la lutte contre le trafic de stupéfiants en France, Darmanin dote les forces de l’ordre de cyberpatrouilles pour rendre la surveillance des réseaux plus efficace.

TRAFIC DE DROGUE - Nouveau tour de vis contre le trafic de stupéfiants. « Sous l’influence des évolutions technologiques », le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a demandé aux préfets de prendre de nouvelles mesures pour agir contre le développement via les réseaux sociaux de la livraison à domicile de drogue.

Opération « Place nette XXL » à Marseille : Gérald Darmanin livre un nouveau bilan

Annoncé ce jeudi 21 mars, cette demande du ministre vise à éradiquer ce phénomène en vogue grâce aux applications de messagerie chiffrée et aux réseaux sociaux tels que Snapchat, où les consommateurs peuvent directement passer commander avant d’être livré par ce réseau baptisé « Ubershit ».

Avec « les opérations de démantèlement systématique » des points de deal, dans le cadre des opérations « place nette », le trafic de drogue « se dématérialise, voire ’s’ubérise’ toujours davantage », remarque à ce titre Gérald Darmanin dans une circulaire adressée aux préfets.

Une motivation suffisante pour demander le renforcement des cyberpatrouilles et des enquêtes sous pseudonyme sur internet. Les préfets doivent « mener sans délai des actions régulières et visibles afin d’entraver ces nouveaux modes de distribution », écrit le ministre.

Le rôle des cyberpatrouilles

Du fait de cette demande, les forces de l’ordre doivent renforcer leur « veille numérique » par la mise en place de ces « cyberpatrouilles ». Une pratique similaire à celle déjà existante pour lutte contre la cyberpédopornographie par exemple.

Le rôle des « cyberpatrouilles » repose donc sur l’infiltration des réseaux en se faisant passer pour des clients ou des trafiquants pour multiplier les « coups d’achat ». Une méthode d’investigation notamment permise par les enquêtes sous pseudonyme.

Le ministre a également demandé que les contrôles soient intensifiés dans les quartiers « connus pour être des lieux de livraison de produits stupéfiants, y compris dans les quartiers généralement considérés comme plus favorisés ». Au passage, le locataire de la place Beauvau a imposé la saisie systématique des voitures et des deux-roues impliqués dans ces livraisons.

« La ’voiture numérique et cyber’ de l’État doit rouler plus rapidement que celle des trafiquants », conclut d’ailleurs le ministre dans son message.

À voir également sur Le HuffPost :

Marseille : Felix Bingui, narcotrafiquant marseillais et chef du clan Yoda arrêté au Maroc, ce que l’on sait

Six surveillants de la prison de Réau mis en examen pour trafic dans l’établissement