Cyberattaque d'un hôpital en Essonne : des données de santé divulguées

Emmanuel DUNAND / AFP

Les pirates informatiques auteurs de l'attaque contre l'hôpital de Corbeil-Essonnes en août ont mis à exécution leurs menaces en divulguant les informations de santé volées. Elles sont maintenant publiées sur le Dark net et accessibles aux initiés.

Les pirates informatiques auteurs de l'attaque contre l'hôpital de Corbeil-Essonnes en août ont mis à exécution leurs menaces en divulguant les informations de santé volées, faisant planer un risque de chantage ou d'extorsion sur les personnes concernées. "Je condamne avec la plus grande fermeté la divulgation inqualifiable de données piratées issues du centre hospitalier de Corbeil-Essonnes" a déclaré le ministre de la Santé François Braun. "Nous ne céderons pas face à ces criminels. L'ensemble des services de l’État sont mobilisés" au côté de l'hôpital, a-t-il ajouté.

"Seuls les initiés peuvent accéder aux données"

Selon les informations fournies dimanche par l'hôpital, les informations divulguées par les pirates via le "dark web" (les sites internet non référencés par les navigateurs classiques) "semblent concerner nos usagers, notre personnel ainsi que nos partenaires." Parmi elles figurent "certaines données administratives", dont le numéro de sécurité sociale, et "certaines données santé telles que des compte-rendus d'examen et en particulier des dossiers externes d'anatomocytopathologie [l'observation des cellules dans les tissus au microscope, ndlr], de radiologie, laboratoires d'analyse, médecins", a poursuivi le centre hospitalier. "L'attaque semble avoir été circonscrite aux serveurs virtuels et à une partie seulement de l’espace de stockage du CHSF (environ 10%)", ajoute-t-il.

C'est le blog de cybersécurité Zataz.com, qui avait donné l'alerte, affirmant qu'une "première diffusion (de données) a(vait) été orchestrée sous la forme d'un fichier compacté de 11,7 gigaoctets". Selon Damien Bancal, l'auteur du blog qui a pu consulter le fichier, celui-ci contient des doc[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi