Publicité

Crise des opioïdes, Kenya, agriculteurs et Turquie : les informations de la nuit

Crise des opioïdes aux États-Unis : Publicis va payer 350 millions de dollars. Le géant français va payer 350 millions de dollars pour le rôle présumé de ses campagnes publicitaires dans la crise des opioïdes, qui a fait plus de 700 000 morts aux États-Unis entre 1999 et 2022. Publicis, qui vantait notamment les bienfaits du médicament antidouleur OxyContin des laboratoires Purdue Pharma, “est la première agence de publicité à être tenue responsable” de la surprescription d’opiacés, souligne le Wall Street Journal. L’ensemble des États et territoires américains se partageront l’indemnisation, qui met fin aux poursuites à l’encontre de Publicis. La Californie recevra le montant le plus important (34 millions de dollars).

Kenya : au moins deux morts et plus de 220 blessés dans une explosion de gaz. L’explosion d’un camion transportant du gaz dans le quartier d’Embakasi de Nairobi, dans la nuit de jeudi à vendredi, a fait au moins deux morts et plus de 220 blessés, selon les autorités kényanes. L’explosion a créé “une énorme boule de feu qui s’est largement propagée”, a précisé le porte-parole du gouvernement, Isaac Maigua Mwaura. “L’incendie a également endommagé plusieurs véhicules et propriétés commerciales, dont de nombreuses petites et moyennes entreprises”, souligne la chaîne kényane Citizen Digital. “Des maisons d’habitation du quartier ont également pris feu, avec un bon nombre d’habitants toujours à l’intérieur”, ajoute la chaîne.

L’UE veut alléger le “fardeau administratif” des agriculteurs. “Les dirigeants européens se sont engagés à alléger le fardeau des règles environnementales pour tenter d’apaiser les protestations des agriculteurs”, lors d’un sommet européen exceptionnel, jeudi à Bruxelles, écrit le Financial Times. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré que “d’autres changements seraient proposés ce mois-ci pour réduire les formalités administratives pour les agriculteurs et repenser la récente vague de législation relative au climat”, ajoute le quotidien économique. Dans la foulée des nombreuses manifestations organisées ces dernières semaines par les agriculteurs à travers l’Europe, “des tracteurs ont bloqué les principales artères et places de Bruxelles, à moins d’un kilomètre du lieu où les dirigeants [européens] étaient rassemblés”, entraînant le déploiement de la police antiémeute, précise le FT.

[...] Lire la suite sur Courrier international