Publicité

Crise migratoire : plus de 63 000 décès ou disparitions entre 2014 et 2023

Crise migratoire : plus de 63 000 décès ou disparitions entre 2014 et 2023

C’est ce qui ressort d’un rapport de l’OIM, l’Organisation Internationale pour les Migrations, qui s’est penchée sur les dix dernières années. Malgré les risques, certains n’hésitent pas à traverser la Méditerranée coûte que coûte.

"Les chiffres sont alarmants. Nous constatons que dix ans plus tard, des personnes continuent de mourir en cherchant une vie meilleure. Nous avons vu, par exemple, que 2023 a été l'année la plus meurtrière jamais enregistrée avec plus de 8 500 décès. Les raisons sont multiples. Plus de 60 % des décès enregistrés par le rapport, sont dus à des noyades. Rien qu'en Méditerranée, plus de 28 000 décès et disparitions ont été enregistrés", explique Jorge Galindo, porte-parole de l'OIM.

Dans son rapport, l’OIM fait également état d’un nombre élevé de corps non-identifiés.

Mais plus d'un tiers des personnes ayant pu être identifiées venaient de pays en proie à des conflits armés, notamment l'Afghanistan, la Birmanie, la Syrie et l'Ethiopie.

Le document plaide pour faciliter des voies de migrations sûres et régulières pour éviter les pertes humaines.