Crise des sous-marins : voici pourquoi l'Australie a choisi de renoncer au contrat français

·1 min de lecture

En renonçant au contrat de sous-marins avec la France, le gouvernement australien a décidé que la meilleure option pour le pays était d'accélérer la production d'une plate-forme de sous-marins à propulsion nucléaire plus performante avec les États-Unis et le Royaume-Uni. L'Australie sera ainsi plus étroitement intégrée dans l'orbite américaine. Technologiquement et militairement, cela signifie que si les États-Unis entrent en conflit dans la région indopacifique, il sera beaucoup plus difficile pour les Australiens de ne pas être directement et presque automatiquement impliqués. C'est aussi un élément positif en termes de dissuasion face à la Chine. Sur les prochaines années, le nouvel accord renforcera le pouvoir de dissuasion qu'a l'Australie face à Pékin.

Les stratèges et les dirigeants chinois devront prendre en compte les risques accrus et seront sans doute moins enclins à décider de se lancer dans des actions hostiles. Les enjeux seraient trop élevés et les perspectives de succès trop faibles.

Sous-marins nucléaires ou conventionnels : quelle différence?

Ces dernières années, le gouvernement australien et son ministère de la Défense ont davantage mis l'accent sur les capacités militaires à plus longue portée, notamment avec la Defence Strategic Update de 2020.

Lire aussi - Crise des sous-marins : Joe Biden a-t-il "trahi" la France?

Ce plan inclut l'acquisition de missiles ainsi que de capacités spatiales et cybernétiques. Les sous-marins à propulsion nucléaire s'inscriven...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles