Crise. En Malaisie, une déclaration de l’état d’urgence très politique

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

Le roi de Malaisie a déclaré l’état d’urgence face à la pandémie. Mais cette décision pourrait permettre de masquer la fragilité politique de la coalition gouvernementale en place.

La Malaisie a déclaré l’état d’urgence pour faire face à la pandémie de coronavirus responsable ces deux derniers mois d’autant de victimes que durant les dix premiers mois de 2020, détaille The Straits Times de Singapour.

Le roi Abdullah Ahmad Shah a ainsi accédé à la demande du gouvernement. Cet état d’urgence sera effectif jusqu’au 1er août ou s’arrêtera plus tôt si la situation sanitaire s’améliore, précise le journal.

Le Premier ministre, Muhyiddin Yassin, a assuré qu’aucun couvre-feu ou intervention militaire n’aurait lieu, précise le quotidien dans un autre article :

Le gouvernement continuera de travailler. L’état d’urgence proclamé par le roi n’est pas un coup militaire et aucun couvre-feu ne sera mis en œuvre.”

Déjà en octobre dernier, le Premier ministre avait demandé au roi de proclamer l’état d’urgence. “Une demande rejetée par le roi, qui avait soulevé de nombreuses critiques de la part des rivaux du Premier ministre car ils y voyaient une manière pour lui de suspendre le Parlement et d’éviter la tenue d’élection.” Évitant ainsi de mettre en péril la survie de son gouvernement soutenu par une coalition fragile au Parlement, signale The Straits Times.

À lire aussi: Retour en arrière. Son système de santé sous pression, la Malaisie se reconfine partiellement

Un répit politique ?

Débats au Parlement et dans les assemblées des États de la fédération

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :