Publicité

Crash d'un avion militaire en Russie : Moscou accuse Kyiv

Un avion de transport militaire russe s'est écrasé mercredi dans une région frontalière proche de l'Ukraine. Moscou, qui accuse Kyiv de l'avoir abattu, affirme que ses 74 passagers ont été tués, dont 65 prisonniers de guerre ukrainiens destinés à être échangés. La Russie n'a fourni aucune preuve et l'Ukraine n'a pas immédiatement confirmé ou infirmé l'information.

Diffusée sur les réseaux sociaux, la vidéo de l'accident a été tournée dans la région frontalière de Belgorod, en Russie. Un avion tombe du ciel dans une zone rurale enneigée. Une énorme boule de feu se forme à l'endroit où l'engin touche apparemment le sol.

Accusations mutuelles

Depuis le début de l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie, les deux pays échangent des accusations mutuelles, alors que les faits s’avèrent souvent difficiles à établir, à la fois en raison des contraintes liées à une zone de guerre et qu’à cause du contrôle étroit de l'information de chaque camp.

Le ministère russe de la défense a déclaré dans un communiqué que l'avion de transport Il-76 transportait 65 prisonniers de guerre, un équipage de six personnes et trois militaires russes. Les radars russes ont enregistré le lancement de deux missiles depuis la région ukrainienne de Kharkiv, limitrophe de Belgorod.

Quelques heures après l'accident, l'état-major général des forces armées ukrainiennes n'a fait aucune mention de l'accident dans un communiqué. Il a toutefois ajouté que l'Ukraine visait les avions de transport militaire russes soupçonnés de lancer des missiles, en particulier près de la frontière.

Espace aérien au centre des combats

En mai 2023, la Russie a perdu deux avions de guerre et deux hélicoptères dans son propre espace aérien en une seule journée. Les autorités de Kyiv ont d'abord nié toute implication, avant de déclarer qu'elles avaient utilisé des missiles Patriot pour frapper l'avion.

Les régions de Kharkiv et de Belgorod sont depuis longtemps au centre des combats, y compris des frappes aériennes avec des missiles et des drones.

L'armée russe a déclaré que les prisonniers de guerre étaient transportés vers la région en vue d'un échange de prisonniers lorsque l'avion a été abattu peu avant midi, heure locale. L'Il-76 est conçu pour transporter jusqu'à 225 soldats, du fret, des équipements militaires et des armes, selon l'agence d'exportation militaire russe.

Le GRU, le service de renseignements militaires ukrainiens, a confirmé qu'un échange devait avoir lieu, mais a déclaré qu'il ne disposait d'aucune information sur l'identité des passagers de l'avion. Moscou n'a pas demandé à ce qu'un espace aérien spécifique soit préservé pendant un certain temps, comme cela a été le cas lors d'échanges antérieurs, fait-on savoir à Kyiv.

Réunion du Conseil de sécurité jeudi

Lors d'une conférence de presse aux Nations unies, le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a demandé la tenue d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU plus tard dans la journée de mercredi, affirmant qu'il n'avait "aucune crainte" que la communauté internationale ne croie les allégations de Moscou.

Mais le Conseil de sécurité de l'ONU a déjà prévu une réunion pour entendre de nombreux pays qui n'ont pas pu s'exprimer lors de la réunion ministérielle de mardi sur la guerre entre Israël et le Hamas, et la France, qui assure la présidence du Conseil, a indiqué que la réunion d'urgence se tiendrait jeudi.