Publicité

"Ils crachent sur ma famille ! Ils crachent sur mon père mort !" : Raphaël Glucksmann se défend après les attaques de Pascal Praud sur CNews

Raphaël Glucksmann dénonce les attaques de CNews à son encontre - Sud Radio
Raphaël Glucksmann dénonce les attaques de CNews à son encontre - Sud Radio

La tête de liste PS-Place Publique était l'invité de Jean-Jacques Bourdin ce mercredi 20 mars sur Sud Radio.

La réponse du berger à la bergère. Ce mercredi 20 mars 2024, Raphaël Glucksmann a répondu aux questions de Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio à l'occasion des élections européennes de juin prochain. La tête de liste du Parti socialiste et de Place publique a été interrogée sur son refus de se rendre au débat de CNews le 30 mai prochain et a répondu aux attaques de Pascal Praud et ses chroniqueurs.

"Je n'ai pas envie de faire semblant que CNews, c'est comme LCI, BFMTV et franceinfo"

"Je n'ai pas pris cette décision à la légère. Je respecte les téléspectateurs de CNews. J'aime débattre. J'adore la confrontation des idées. Mais je n'ai pas eu envie de faire semblant. Je n'ai pas envie de faire semblant que CNews est une chaîne info comme les autres. Je n'ai pas envie de faire semblant que CNews, c'est comme LCI, BFMTV et franceinfo", a-t-il commencé. Et d'ajouter : "Je ne veux pas faire semblant que CNews n'était pas constitué autour d'un projet idéologique".

A LIRE : "Il n'est pas habitué au courage, c'est un fils de" : Pascal Praud flingue Raphaël Glucksmann après son refus de se rendre sur CNews

Raphaël Glucksmann a souligné qu'il n'était pas "pour interdire CNews" : "Ils ont le droit de porter ce projet. Ils ont le droit d'être ce qu'ils sont !". "Mais moi, j'ai le droit de ne pas vouloir cautionner ce projet-là en m'y rendant et en faisant comme si de rien n'était, comme font tant...

Lire la suite


À lire aussi

Max, la plateforme de streaming de Warner Bros. Discovery, arrive enfin en France "avant les Jeux Olympiques de Paris 2024"
Commission d'enquête TNT : Yann Barthès et l'équipe de "Quotidien" vont également être auditionnés
France Inter débauche Jonathan Curiel, cadre de M6 et collaborateur proche de Nicolas de Tavernost depuis 2008