Publicité

Crépol : Patrick Cohen s’explique sur sa chronique controversée sur les circonstances de la mort de Thomas

Sur Franceinfo, le journaliste officiant sur France 5 est revenu sur ses intentions derrière son éditorial sur le drame de Crépol.
Capture d’écran X Sur Franceinfo, le journaliste officiant sur France 5 est revenu sur ses intentions derrière son éditorial sur le drame de Crépol.

MÉDIAS - Une mise au point nécessaire. Après les événements dramatiques survenus à Crépol, le journaliste Patrick Cohen s’était fendu d’un éditorial lundi 27 novembre. Il y revenait sur les circonstances de la mort de Thomas, poignardé dans la nuit du samedi 18 au dimanche 19 novembre lors d’un bal dans la Drôme.

Dans cet éditorial intitulé « Crépol, la mécanique de la haine et du mensonge » pour l’émission C à Vous sur France 5, l’ancienne voix de la matinale de France Inter évoquait « une dizaine de jeunes » extérieurs au village venus se mêler aux participants du bal pour « s’amuser et draguer des filles ».

Il évoquait ensuite le motif qui aurait directement conduit au drame : « Pas d’incident jusqu’à la dernière chanson de la soirée, ’Tchikita’ du rappeur Jul (...) C’est là que, d’après les mis en cause, un des participants, un rugbyman, aurait tiré les cheveux longs d’un des membres du groupe en le traitant de ’Tchikita’ ».

Une version des faits présentée par Patrick Cohen alors même que le parquet de Valence invitait à la prudence dans le contexte particulièrement tendu autour de ce drame et compte tenu du fait que « l’élucidation des faits commis à Crépol n’est pas achevée ».

La chronique n’a donc pas échappé aux vives critiques concernant le manque de nuance et de prudence sur la présentation des faits et des circonstances qui ont conduit à la mort du jeune homme de 20 ans, en omettant par exemple la présence de couteaux.

« Pointer le décalage » avec le discours politique

Car deux versions s’opposent toujours. Celle des participants du bal qui évoquent une attaque préméditée et celle des neuf suspects mis en examen qui tendrait plutôt vers une banale altercation qui a dégénéré.

Après l’emballement qui a donc suivi les propos de Patrick Cohen, l’émission Vrai ou Faux de Franceinfo a pu obtenir la réaction du journaliste ce mardi 28 novembre.

« Quand les réactions sont aussi vives et épidermiques, c’est qu’il manque toujours un peu de nuance », a commencé par reconnaître volontiers Patrick Cohen au sujet de son édito. En revanche, il défend son propos, « qui n’était pas d’établir une vérité définitive, qui n’était pas non plus d’atténuer la gravité des faits ».

Il évoque plutôt « l’idée de pointer le décalage qu’il pouvait y avoir entre les discours politiques et cette espèce de fantasme d’une guerre civilisationnelle, d’un conflit ethnique (...) et la réalité de ce que l’on sait d’une enquête extrêmement complexe et d’une soirée qu’il est difficile de raconter ».

Plusieurs téléspectateurs et personnalités politiques, comme la députée RN du Var Laure Lavalette ont toutefois indiqué leur volonté de saisir l’Arcom (ex-CSA), jugeant que cette « séquence fait la honte de l’audiovisuel public ».

À voir également sur Le HuffPost :

Manifestation d’ultradroite à Romans-sur-Isère : jusqu’à 10 mois de prison ferme après les violences de samedi

À Crépol après la mort de Thomas, Olivier Véran alerte sur le « risque de basculement dans notre société »