Crédits immobiliers : le mirage des prêts à 35 ans

Libération.fr
En Ile-de-France, le volume des ventes a baissé de 6 % sur un an au deuxième trimestre 2018.

Les ménages peinent à suivre l’envolée des prix de l’immobilier dans les grandes villes. Une banque alsacienne veut allonger la durée des emprunts sur 420 mois, une parade pour prétendument les solvabiliser, mais qui mettrait en danger les acheteurs les moins avertis.

Méfiance. Trois fois méfiance. Les prix de l’immobilier, qui étaient déjà très hauts dans les grandes métropoles françaises, ont connu un nouvel embrasement depuis trois ans. Ça flambe à Paris où les tarifs de la pierre (9 300 euros / m²) ont battu leur record historique au deuxième trimestre selon la Chambre des notaires, mais aussi à Bordeaux, devenue la deuxième grande ville la plus chère de France (4 348 euros / m²). Dans toutes les capitales régionales pourvoyeuses d’emplois, le nombre de transactions s’est envolé du fait de l’afflux d’actifs qui ont besoin de se loger. Cette frénésie immobilière a provoqué une surchauffe des prix également à Lyon (3 997 euros / m²), qui talonne désormais Nice (4 096 euros / m²), ainsi qu’à Nantes (2 900 euros), qui se rapproche de la barre des 3 000 euros, ou à Rennes. Partout, acquérir un logement devient une affaire complexe pour les ménages dont les budgets ne sont pas extensibles. Ça commence à coincer, le marché ralentit. Mais qu’à cela ne tienne : dans les milieux de l’immobilier, certains préconisent comme parade de rallonger encore la durée des prêts, alors qu’elle a déjà considérablement augmenté. Les crédits à 20 ans sont aujourd’hui presque devenus la norme (au lieu de 15 ans au début des années 2000) et, pour se solvabiliser, de plus en plus d’acquéreurs poussent au-delà. Selon l’observatoire Crédit logement-CSA, plus du tiers (37,5 %) des prêts immobiliers octroyés aux accédants à la propriété en juin portait sur des durées de 25 à 30 ans (1). Et déjà, des professionnels du financement suggèrent de pousser jusqu’à 35 ans, ce qui serait une très mauvaise affaire pour les acquéreurs.

«Changement de cycle»

Récemment, Pascal Beuvelet, le président du (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Le piège des crédits à rallonge
«Les discriminations sont minimisées au travail, en particulier lorsqu’elles tentent d’être justifiées par l’humour»
Emmanuel Macron arrive en Martinique, la tempête Kirk aussi
Macron en Martinique, Kavanaugh, Congrès des régions: l'essentiel de l'actu de ce jeudi matin
«Notre pays meurt à petit feu de son ultra centralisation»