Angleterre : le retard du confinement aurait causé 27 000 morts supplémentaires

Maxime Poul
·3 min de lecture
Selon Resolution foundation, la mise en place tardive du confinement hivernal au Royaume-Uni aurait causé un excès du nombre de décès ainsi que des dommages économiques.

Le groupe de réflexion de la Resolution Foundation accuse le gouvernement britannique d'être responsable de 27 000 décès au Royaume-Uni pour avoir mis en place trop tardivement le troisième confinement pour lutter contre la pandémie.

"Une énorme erreur". C'est avec ces mots que le think tank britannique Resolution foundation définit la mise en place du confinement hivernal au Royaume-Uni. Non pas parce qu'il était de trop mais au contraire, parce qu'il a été instauré trop tard. Un retard qui aurait causé pas moins de 27 000 décès supplémentaires liés au Covid-19 dans le pays, selon le rapport publié par Resolution foundation. Le groupe de réflexion indépendant, qui est l'un des plus influents au Royaume-Uni, estime que le gouvernement devrait faire l'objet d'une enquête publique sur la gestion de la pandémie.

Vidéo. Dans l’attente de nouvelles restrictions, les Français expriment leur lassitude

En se basant sur l'impact des décisions politiques prises l'année dernière, Resolution foundation affirme que le report du dernier confinement au début du mois de janvier a entraîné 20% des décès liés au Covid-19 au Royaume-Uni. Pourtant, le gouvernement était au courant de l'augmentation rapide des cas avant les fêtes de fin d'année. Cet excès du nombre de décès aurait pu être évité si le gouvernement de Boris Johnson avait mis en place les restrictions nécessaires dès le début du mois de décembre, selon le think tank.

"On estime que le retard du début du dernier confinement au mois janvier, en dépit des preuves de l’augmentation rapide des cas, a causé jusqu’à 27 000 décès supplémentaires liés au Covid-19, en comparaison à la situation où des restrictions ont été mises en place assez rapidement pour empêcher la hausse du taux de mortalité." Twitter/ @Resolution Foundation
"On estime que le retard du début du dernier confinement au mois janvier, en dépit des preuves de l’augmentation rapide des cas, a causé jusqu’à 27 000 décès supplémentaires liés au Covid-19, en comparaison à la situation où des restrictions ont été mises en place assez rapidement pour empêcher la hausse du taux de mortalité." Twitter/ @Resolution Foundation

Un impact sur la santé et l'économie

Le rapport ne manque cependant pas de mettre en avant le succès de la campagne de vaccination par rapport aux autres pays européens, cette dernière ayant débuté le 8 décembre 2020. Resolution Foundation fait également l'éloge des aides économiques versées par le gouvernement aux entreprises et aux salariés.

Cité par le Guardian, Mike Brewer, économiste en chef au sein de la fondation, juge que ces décision tardives ont eu un impact sur la santé des Britanniques mais également sur l'économie dans le pays : "Arriver timidement et en retard sur les confinements a été une catastrophe causant plusieurs milliers de morts évitables. De plus, ces retards obligent à mettre des restrictions plus sévères et plus durables que dans d'autres pays, aggravant les dommages économiques."

Si Mike Brewer parle de confinements au pluriel, c'est parce que le rapport évoque également le retard pris par la Grande-Bretagne dès le premier confinement, qui avait été mis en place à la fin du mois de mars 2020, soit deux semaines après l'Italie. De même qu'en septembre dernier, bien que les conseillers scientifiques aient appelé à un confinement généralisé pour éviter la deuxième vague, le gouvernement s'est contenté de confinements locaux. "Le modèle consistant à laisser le nombre de cas augmenter avant d'agir s'est à nouveau répété", ajoute le directeur général adjoint de Resolution foundation.

Ce contenu peut également vous intéresser :