Covid long : les femmes en sont plus touchées que les hommes

AFP/Archives - Fred TANNEAU

Les femmes sont mieux protégées du Covid-19 mais semblent plus vulnérables au Covid long. Des différences de réponse immunitaire pourraient être la cause.

Le Covid-19 n’affecte pas de la même façon les hommes et les femmes. La première période de la pandémie a mis en évidence que les hommes avaient un plus grand risque de développer une forme grave du Covid que les femmes. En revanche, les femmes seraient plus susceptibles au Covid long, selon une étude publiée le 20 juin 2022 dans le journal . Et les symptômes du Covid long ne seraient pas les mêmes pour les deux sexes.

Très peu d’études se penchent sur l’impact du Covid selon le sexe

Les chercheurs de Johnson & Johnson ont analysé les données de la totalité d’études scientifiques sur les conséquences médicales du Covid, y compris le Covid long, durant deux périodes : décembre 2019 à aout 2020 pour la phase aiguë du Covid et de janvier 2020 à juin 2021 pour le Covid long. Plus de 4.000 articles sur ces sujets ont été publiés pendant ces périodes, mais uniquement 35 indiquaient le sexe des patients. Dans ces 35 études, il y avait près de 1,4 million de patients atteints du Covid. Toutes ces recherches ont été réalisées avant la généralisation des vaccins contre le Covid donc il est probable que la grande majorité des participants n’aient pas été vaccinés avant l’infection.

“On avait déjà observé des différences chez les hommes et les femmes lors des précédentes épidémies de coronavirus, donc il était prévisible qu’il y en ait aussi avec le SARS-CoV-2, responsable du Covid-19, expliquent les auteurs dans un . Malheureusement, la majorité des études ne permettent pas d’étudier les différences cliniques selon le sexe, ce qui pourrait avoir des conséquences sur le traitement.

Affectées différemment pour le Covid-19 et le Covid long

Premier résultat : les symptômes ressentis lors de la phase aiguë du Covid n’étaient pas les mêmes pour les hommes et les femmes. Elles avaient une plus grande probabilité de développer des symptômes psychiatriques (+80% par rapport aux hommes) et des douleurs des oreilles, du nez ou de la gorge (+42%) ou des muscles (+15%). De leur côté, les [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles