Covid long : un an après l'infection, la majorité des symptômes a disparu

FANATIC STUDIO / SCIENCE PHOTO L / FST / Science Photo Library via AFP

Le Covid long a peut être bien une fin. La majorité des symptômes se résolvent dans la première année après l'infection, d'après une étude israélienne, et jusqu'à 90% dans une étude française. Reste que certains symptômes persistent, pour des raisons encore inconnues.

Aura-t-on bientôt les moyens de rassurer - partiellement - les deux millions de personnes qui, d’après des estimations françaises, souffrent de la forme longue du Covid-19 ? Après de nombreuses incertitudes quant à la durée des symptômes parfois très invalidants, allant de la toux à la confusion mentale, de nouvelles données suggèrent le début de la fin après un an. C’est le délai après lequel la plupart des symptômes du Covid long suite à une infection modérée ont disparu, conclut une étude israélienne sur des centaines de milliers de patients. Une étude qui confirme des observations françaises précédemment publiées dans le Lancet Regional Health.

Le Covid long, potentiellement très handicapant

Fatigue extrême, perte de l’odorat ou du goût, confusion mentale, essoufflement anormal : ces symptômes du Covid long sont les plus courants, mais il en existe en réalité une soixantaine de répertoriés, incluant la perte de cheveux ou les difficultés d’éjaculation. Environ 30% des personnes infectées par le Covid-19 avant Omicron souffrent de Covid long, d’après Santé Publique France, tandis qu’au Royaume-Uni, une étude estimait les malades en mars 2022 à 2,4% de la population (1,5 million de personnes). Défini comme un syndrome post-Covid-19 dont les symptômes dureraient au moins quatre semaines et ne pourraient pas être expliqués autrement, le Covid long peut être très handicapant. Infectée en mars 2020, Céline, infirmière libérale, témoignait en 2022. "Fin mai 2020, je ne pouvais plus marcher."

90% des symptômes se résolvent dans la première année

Pour nombre de ces patients apparemment sans recours, la nouvelle étude israélienne parue dans le British Medical Journal pourrait annoncer ou expliquer la fin du tunnel. Le Covid-19 modéré "n'entraîne pas de morbidité grave ou chronique à long terme", concluent les chercheurs d’après leur analyse des données de santé de près de 300.000 Israéliens testés positifs. Mieux, la plupart des symptômes dont souffrent les patients atte[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi