Covid-19 : un variant résistant aux anticorps des vaccins ARNm ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Variant du coronavirus
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Une nouvelle étude suggère que le variant Epsilon, repéré pour la première fois aux États-Unis, résiste aux anticorps produits par l’organisme après un vaccin à ARN messager.

Faudra-t-il une troisième injection d’un vaccin à ARNm à l’automne pour empêcher la propagation du variant californien Epsilon en France ? La question pourrait rapidement se poser après la publication d’une étude dans la revue scientifique Science, ce 1er juillet.

Epsilon est un variant du coronavirus qui a été repéré pour la première fois en mars 2020 aux États-Unis et qui est classé depuis mars 2021 comme "variant à suivre" par l’Organisation mondiale de la Santé. S’il n’existe pas encore de preuves d’un quelconque impact épidémiologique ou clinique, les mutations du variant Epsilon inquiètent la communauté scientifique.

Vidéo. Dr Christian Recchia : "Je le crie avec force : la vaccination est une obligation"

Trois mutations le rendent résistant

Une équipe de l’Université de Washington (Seattle, États-Unis) a travaillé sur ce variant. Les chercheurs ont analysé 57 échantillons d’Epsilon. Pour cela, ils ont prélevé le plasma de 33 personnes vaccinées avec deux doses du vaccin Pfizer-BioNtech, de 15 personnes vaccinées avec deux doses de Moderna et de 9 personnes qui ont été infectées par le coronavirus (SARS-Cov-2).

Ils ont observé trois mutations qui le rendent résistant aux anticorps qui se trouvent sur la protéine Spike, la griffe que le virus utilise pour entrer dans les cellules. Les données indiquent qu'avec ses trois mutations, le variant Epsilon est résistant à la fois aux anticorps produits par les vaccins à ARN messager et à ceux produits par le coronavirus.

Pour l’instant, sept cas de contamination au variant Epsilon ont été comptabilisés en France, selon les données de la GISAID (Global Initiative on Sharing Avian Influenza Data).

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles