Covid-19 : la vaccination est-elle vraiment à l’origine d’une "mortalité inédite" ?

·5 min de lecture
Photo d'illustration

Un article de blog hébergé sur Mediapart pointe du doigt la mortalité vaccinale, évoquant près de 1 000 décès liés aux vaccins. Des conclusions qui indignent de nombreux médecins.

"Une mortalité inédite". Dans un article de blog hébergé par Mediapart, le sociologue Laurent Mucchielli affirme qu'il y a "urgence à suspendre" la vaccination de masse contre le Covid-19 et pointe du doigt une mortalité "inédite dans l'histoire de la médecine moderne", évoquant le chiffre de presque 1000 morts du vaccin. Un article alarmiste dont les conclusions sont dénoncées par de nombreux médecins.

Les chiffres utilisés dans cet article de blog sont issus des données de l'ANSM, l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament, librement consultables en ligne. S'ils sont vrais, c'est l'interprétation qui en est faite qui indigne les médecins.

Des chiffres issus de la pharmacovigilance

"Ce sont des bases de déclaration, donc l'imputabilité du vaccin n'est pas définie. L'auteur utilise des bases de données sans savoir les interpréter", déplore Matthieu Molimard, chef de Service de Pharmacologie Médicale au CHU de Bordeaux

Des données qui sont compilées par l'ANSM grâce à la pharmacovigilance, c'est-à-dire la surveillance des effets secondaires nocifs éventuels d'un médicament. C'est notamment grâce à cette surveillance que quelques rares cas de thromboses ont été signalés après l'injection du vaccin AstraZeneca chez les plus jeunes.

"Chaque vacciné peut signaler un effet indésirable"

"Les médecins, mais aussi les vaccinés peuvent signaler un effet indésirable, qui est ensuite remonté au centre régional de pharmacovigilance, puis entré dans une base nationale. L'effet signalé est ensuite étudié selon la bibliographie, c'est-à-dire savoir s'il y a eu des précédents déjà rapportés, selon le temps de survenue de l'événement indésirable après le vaccin. Tout cela permet d'évaluer la probabilité d'un lien avec le vaccin : probable ou non", nous éclaire le docteur Michael Rochoy, ancien interne en pharmacovigilance à Lille. 

Vidéo. Les laboratoires en profitent, les prix des vaccins flambent

Le signalement d'un effet indésirable s'effectue en ligne, sur le site de l'ANSM. Avec la vaccination contre le Covid-19, les signalements d'effets indésirables sont plus nombreux, avec plus de 40 millions de vaccinés en sept mois.

"Tous les décès signalés après le vaccin ne sont pas dus au vaccin"

"Les chiffres utilisés dans cet article sous-entendent que tous les décès signalés après le vaccin sont dus au vaccin. Or, ce n'est pas le cas. Vous pouvez par exemple faire un infarctus après le vaccin, sans que celui-ci ne soit la cause. Vous auriez tout de même fait cet infarctus sans avoir été vacciné", illustre Michaël Rochoy, membre du collectif Du Côté de la Science.

C'est par exemple ce qui a été établi après le décès d'un jeune de 33 ans à Issoudun (Vienne). Quelques heures après sa vaccination, l'homme décède, le vaccin est suspecté. L'autopsie a révélé que l'homme a succombé à un infarctus, dont les effets ont été aggravés par la prise de poppers.

Autre exemple, celui de la mort d'un jeune homme de 22 ans, dont le père a lié le décès à sa vaccination huit heures plus tôt, dans une vidéo devenue virale. L'autopsie a finalement confirmé le décès lié à une allergie, faisant le lien avec l'absorption "peu avant son décès, durant un repas au restaurant, d'un aliment pour lequel il avait une allergie connue".

"Hormis un ou deux cas peut-être lié à une réactogénicité qui a donné une fièvre mal tolérée chez des personnes très âgés et très fragiles en Ehpad, on n'a pas à déplorer de décès liés à Pfizer", poursuit Matthieu Molimard, qui rappelle que les rares cas d'allergie au vaccin se font quasi-instantanément, ce qui explique les 15 minutes de surveillance après la vaccination durant lesquelles le vacciné reste sous la surveillance d'un médecin.

"La balance bénéfice risque resterait quand même en faveur du vaccin !"

"Tous les cas rapportés dans les synthèses de pharmacovigilance n'ont pas un lien établi avec le vaccin. Certains peuvent être probables, d'autres moins", résume Michaël Rochoy. "Concernant les cas de décès déclarés, les données actuelles ne permettent pas de conclure qu'ils sont liés au vaccin", écrit justement l'ANSM dans le document dont sont extraits les chiffres cités par le blog.

Au-delà du fait que l'auteur considère que les décès rapportés sont forcément liés au vaccin, plusieurs médecins déplorent l'appel à suspendre la vaccination de masse. "Dans l'hypothèse, qui est fausse, qu'il y ait 1000 décès liés aux vaccins depuis le début de la campagne il y a sept mois, le bénéfice resterait supérieur au risque. Il faut se rappeler que de novembre à mars, on déplorait plus de 300 décès liés au Covid chaque jour", conclut Michaël Rochoy.

Un article largement relayé

Un article alarmiste largement partagé dans les groupes Facebook anti vaccins et relayé par plusieurs personnalités politiques, comme le député Gilbert Collard.

Mais contrairement à ce que sous-entend Gilbert Collard, les blogs de Médiapart ne sont pas écrits par les journalistes de la rédaction, mais par des abonnés au média, dont fait partie Laurent Mucchielli. Face à ces propos écrits, plusieurs internautes demandent au CNRS de prendre des mesures face à celui qui est directeur de recherche.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles