Covid-19 : le vaccin Pfizer moins efficace chez les personnes obèses ?

Johanna Amselem
Coronavirus Covid-19 Protection and Vaccine. Doctor drawing up solution from vaccine bottle and filling syringe injection for patient vaccination in medical clinic, Coronavirus in background

Selon les conclusions d'une étude italienne, le vaccin Pfizer contre le Covid-19 serait moins efficace chez les personnes souffrant d'obésité.

Les personnes souffrant d’obésité ont-elles besoin d’une stratégie vaccinale spécifique ? Peut-être à en croire les conclusions d’une récente étude. Des chercheurs italiens assurent que le vaccin Pfizer contre le Covid-19 pourrait être moins efficace chez les personnes souffrant d’obésité.

En effet, les scientifiques ont constaté que chez les professionnels de santé obèses, la vaccination n'a généré que la moitié des anticorps pour repousser le virus par rapport aux personnes en bonne forme physique. Les chercheurs ont déclaré que les personnes obèses pourraient avoir besoin d'un autre vaccin d'appoint, ou de doses plus importantes, pour les protéger efficacement contre la maladie.

Comment expliquer cette conclusion ? Les scientifiques affirment que cela peut être dû au fait qu'ils sont plus susceptibles de souffrir d'autres pathologies (comme le diabète et l'hypertension) ce qui les rend ainsi plus vulnérables. Des recherches antérieures ont suggéré que le vaccin contre la grippe pourrait être deux fois moins efficace chez les personnes en surpoids sévère. Pour le moment, cette étude italienne n’a pas été examinée par d’autres scientifiques.

D'autres études sont nécessaires

Selon les experts, porter un poids supplémentaire peut entraîner une inflammation constante du système immunitaire, altérant ainsi sa fonction. À titre de comparaison, chez les personnes en bonne santé, il ne déclenche l'inflammation que lorsqu'il combat une infection.

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont analysé les données de 248 participants qui ont reçu deux doses du vaccin Pfizer à Rome. Les scientifiques ont analysé leur sang pour les niveaux d'anticorps sept jours après l'administration de la deuxième dose. Les résultats ont montré que si ceux qui avaient un poids normal avaient une concentration élevée (325,8), ceux qui étaient obèses avaient la moitié de ce niveau (167,1), en moyenne.

Un bémol, cette étude a inclus seulement 26 personnes obèses. Et il n'y avait pas de différence significative dans les résultats entre ceux qui étaient obèses et de poids normal, ce qui signifie que d'autres tests sont nécessaires afin de confirmer ces résultats.

Cité par MailOnline, le professeur Ian Jones, virologue à l'Université de Reading, juge ces résultats « étrangement élevés ». Avant d’ajouter : "C'est probablement le petit nombre (de participants. Mais qu'un effet soit observé n'est pas surprenant. Cela n'aurait rien à voir avec le vaccin, tout serait similaire. C'est la réponse de l'individu qui est compromise".

Ce contenu peut également vous intéresser :