Covid-19 : utiliser deux vaccins différents pourrait être plus efficace qu’utiliser deux fois le même

·4 min de lecture
En plus d'établir un calendrier de vaccination plus souple, le mélange de vaccins contre le Covid-19 serait très efficace pour lutter contre la maladie.

Plusieurs études ont démontré qu'utiliser deux vaccins différents contre le Covid-19 est tout autant, voire plus efficace qu'utiliser deux fois le même vaccin. Explications.

Une stratégie vaccinale très efficace contre le Covid-19 ? Lors de la suspension provisoire du vaccin d'AstraZeneca au mois de mars, certains spécialistes avaient été critiqués pour avoir évoqué la possibilité de donner un vaccin différent entre la première dose et la deuxième. Quelques mois plus tard, plusieurs études sont en cours pour tester la sûreté et l’efficacité de changer d'utiliser deux vaccins et les premiers résultats seraient très prometteurs. Cette technique se révèlerait tout autant efficace que lorsqu'on utilise deux fois le même vaccin, voire plus efficace dans certaines situations. 

"Une réponse immunitaire robuste"

Une première étude réalisée sur 663 patients sans antécédents de Covid-19 en Espagne et publiée dans la revue scientifique The Lancet met en avant l'efficacité d'une seconde dose différente de la première. 441 personnes, soit deux tiers des patients se sont vus administrer une dose de vaccin à ARN messager Pfizer huit à douze semaines après avoir reçu une injection d'AstraZeneca et le dernier tiers a simplement été placé en observation sans recevoir de deuxième dose. L'enquête révèle que les patients ayant bénéficié de deux doses ont développé "une réponse immunitaire robuste" et bien supérieure à ceux placés en observation.

Une étude menée à l'hôpital de la charité à Berlin démontre également l'efficacité de cette stratégie. Selon les résultats publiés dans la revue scientifique Science, un groupe vacciné avec AstraZeneca puis avec Pfizer 10 à 12 semaines plus tard a développé la même réponse immunitaire qu'un autre groupe ayant reçu deux doses de Pfizer à trois semaines d'intervalle.

Vidéo - Dr Christian Recchia : "Pour les variants, on fera des vaccins avec une autre forme. Nous avons gagné la bataille contre le Covid"

Pierre Saliou, professeur agrégé du Val-de-Grâce et spécialiste de la vaccinologie interrogé par France 24 affirme qu'il n'y a jamais eu de raison de s'inquiéter de ces mélanges : "Si la technique entre AstraZeneca, et Pfizer et Moderna, est différente, le résultat final est le même : fabriquer la protéine Spike du coronavirus pour apprendre à notre système immunitaire à s'en défendre."

Une technique pas si nouvelle

Une autre étude, réalisée à plus petite échelle en Allemagne sur seulement 26 patients et pas encore évaluée par les pairs avance même que cette technique pourrait se montrer plus efficace. Les participants âgés de 25 à 46 ans ont reçu une dose d'AstraZeneca puis une injection Pfizer huit semaines plus tard et ont développé un taux d'anticorps beaucoup plus élevé qu'avec deux doses de Pfizer, vaccin réputé comme étant le plus performant. 

À LIRE AUSSI >> Covid-19 : l’immunité pourrait durer plusieurs années chez les personnes infectées

Comme le rappelle France 24, cette possibilité d'utiliser deux vaccins différents, que l'on appelle "prime-boost hétérologue" n'est pas nouvelle et fait l'objet d'études depuis plusieurs années, notamment dans le cadre de la recherche de traitements contre les maladies d'Ebola, de la tuberculose ou encore du VIH.

Plus d'effets secondaires ?

Après la question de l'efficacité se pose la question de la sûreté. À l'occasion d'une étude britannique publiée dans le Lancet menée sur 830 adultes âgés de plus de 50 ans répartis au hasard pour recevoir quatre combinaisons possibles entre les vaccins AstraZeneca et Pfizer. Les chercheurs se sont aperçus que ceux ayant reçu deux doses mixtes sont plus susceptibles de développer des "symptômes légers à modérés" à partir de la deuxième dose du vaccin. Frissons, fatigue, fièvre, maux de tête, douleurs articulaires, malaises, douleurs musculaires, des douleurs au point d'injection... ces symptômes étaient bien plus nombreux chez les personnes ayant reçu deux doses différentes par rapport aux personnes ayant reçu deux fois le même vaccin.

Les scientifiques ayant mené l'étude tiennent à souligner que ces effets secondaires classiques ont été de courte durée et qu'il s'agissait de la seule préoccupation en termes de sécurité concernant cette stratégie de vaccination. Aucun des participants n'a dû être hospitalisé à cause de ces effets secondaires.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles