Covid-19 : le tocilizumab confirme son potentiel chez les patients gravement malades

·1 min de lecture

Le covid-19 peut entrainer une hyper inflammation autour du 7e ou 10e jour, qui explique l'insuffisance respiratoire et peut entraîner l'entrée du patient en réanimation. C'est ce qu'on appelle l'orage cytokinique.

C'est pourquoi plusieurs équipes de recherche dans le monde tentent d'identifier des molécules (appelées immuno-modulateurs) capables de contrer cet "orage de cytokines", une sur-réaction du système immunitaire, qui se manifeste par une poussée inflammatoire brutale à l'origine de la dégradation de l'état de santé pulmonaire des patients sévères. L'objectif est donc d'éviter leur passage en réanimation.

A cet effet, plusieurs médicaments anti-inflammatoires sont testés afin de voir s'ils peuvent contrer cette réaction inflammatoire excessive de l'organisme.

Le tocilizumab, inhibiteur d'un médiateur de l'inflammation, est testé dans plusieurs essais.

Des résultats encourageants viennent d'être communiqués par le laboratoire Roche, qui commercialise l'Actemra, et qui est testé dans l'étude internationale REMAP-CAP, coordonnée par l’Université de Pittsburgh. Selon l'essai mené sur plus de 300 patients, le tocilizumab est parvenu à un "critère d’efficacité important" chez les patients gravement malades, comparés aux patients n’ayant pas reçu de traitements faisant appel à une modulation du système immunitaire.

Anthony Gordon, professeur d’anesthésie et de soins intensifs à l’Imperial College de Londres, a cependant déclaré (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Grippe aviaire : un 2e cas détecté dans les Yvelines
Covid-19 : non, les animaux domestiques ne transmettent pas le coronavirus
DIRECT. Covid-19 en France ce 20 novembre : chiffres, annonces
Pourquoi certains enfants développent une immunité au Covid-19 sans l'avoir attrapé ?
Alzheimer et microbiote intestinal : le lien est confirmé