Covid-19 : rares sont les soignants à contracter le virus plusieurs fois

Ingrid Bernard
·3 min de lecture
Side view of young female surgeon tying her surgical mask

Selon une étude menée par des chercheurs britanniques, les soignants qui ont eu le Covid-19 sont majoritairement protégés contre une nouvelle infection. Cela ne les empêche toutefois pas de véhiculer une seconde fois le virus.

Peut-on avoir le Covid-19 plusieurs fois ? Alors que la campagne de vaccination a été lancée fin décembre en France, nombreux sont ceux qui s’interrogent. “Bien que la fréquence réelle des cas de réinfection soit difficile à établir, le nombre de cas publiés de réinfection dûment documentés reste pour l’instant faible (une dizaine environ)”, indiquait la Haute Autorité de Santé (HAS) dans un communiqué publié le 18 décembre 2020. Pour répondre plus précisément à cette question, des chercheurs britanniques se sont intéressés au cas des soignants, qui sont confrontés quotidiennement au virus. Résultat : le personnel de santé qui a déjà eu le Covid-19 serait rarement réinfecté par le virus.

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs de l’agence de santé publique Public Health England ont suivi 6 614 soignants pendant près de cinq mois après leur infection. Les participants ont subi des tests sanguins et des tests PCR. Seuls 44 d’entre eux ont été réinfectés une seconde fois. Cela représente une protection de 83% par rapport à ceux qui n’ont jamais développé d’anticorps contre le virus. Autre enseignement intéressant, seulement 30% des personnes qui ont été réinfectés ont signalé des symptômes alors que 78% des participants en ont déclaré lors de leur première infection.

Analyser la durée de l’immunité

L’étude met toutefois en garde sur le fait que, si ces individus semblent protégés, ils peuvent toutefois être porteurs du virus même s’ils ne présentent aucun symptôme et donc le véhiculer. “Nous savons désormais que la plupart de ceux qui ont contracté le virus et développé des anticorps sont protégés contre la réinfection. Mais cette protection n’est pas totale et nous ne sommes pas en mesure de savoir combien de temps elle dure. Point très important, nous pensons que les personnes qui ont eu le virus peuvent toujours le transmettre”, prévient Susan Hopkins, auteure principale de l’étude.

L’immunologiste John Wherry de l’Université de Philadelphie en Pennsylvanie estime, quant à lui, qu’il est important de conserver les gestes barrières même après avoir été infecté. “La réinfection est assez inhabituelle, c’est donc une bonne nouvelle. Mais on ne peut pas se défaire du masque pour autant”

L’étude est toujours en cours. L’enjeu est de mieux analyser le profil des personnes réinfectées. Car jusqu’à maintenant, les participants étaient principalement des femmes, assez jeunes. “Il est peu probable que ce groupe connaisse la forme la plus sévère de Covid-19”, indiquent les chercheurs. “Cela peut ne pas être représentatif de la population dans son ensemble”. L’étude prévoit également de collecter des données sur une période plus longue afin d’estimer la durée de l’immunité et de comprendre les effets des variantes du virus, qui ont émergé dans le monde.

Ce contenu peut également vous intéresser :