Covid-19. Seul “contre le reste du monde”, Washington se retire officiellement de l’OMS

Courrier international (Paris)
·2 min de lecture

Le gouvernement de Donald Trump a confirmé mardi 7 juillet avoir notifié son retrait de l’Organisation Mondiale de la Santé qu’il avait accusée d’avoir tardé à réagir après l’apparition du virus en Chine en décembre, afin de ménager Pékin. Une décision qui pourrait affaiblir Washington à l’international et nuire à la santé des Américains, estime la presse américaine.

Donald Trump a mis mardi ses menaces à exécution : un mois après avoir annoncé qu’il allait mettre fin à la relation entre son pays et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le président américain a officiellement lancé la procédure de retrait des États-Unis de l’agence onusienne qu’il accuse d’avoir tardé à réagir face à la pandémie.

“Le leader mondial des décès liés au Covid-19 quitte” donc “l’OMS”, remarque Chas Danner, rédacteur en chef au New York Magazine. L’annonce du retrait des États-Unis de l’organisation sanitaire intervient alors qu’un nouveau record de plus de 60 000 cas de coronavirus en 24 heures a été franchi, mardi, selon le décompte de l’université Johns Hopkins. Pour Chas Danner, les attaques de Trump contre l’OMS sont largement perçues aux États-Unis comme une tentative de “rejeter la faute sur quelqu’un d’autre”, plutôt que de reconnaître “sa mauvaise gestion de la pandémie”.

À lire aussi: Covid-19. Les États-Unis s’enfoncent dans la crise sanitaire

En décidant de quitter l’OMS, en pleine crise sanitaire, “Donald Trump oppose l’Amérique au reste du monde”, note de son côté le journaliste du Washington Post

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :