Covid-19 : des résidents d'EHPAD positifs malgré leur vaccination

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·5 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

En Allemagne et en France, les cas de résidents d’EHPAD vaccinés mais testés positifs se multiplient. Rien d’alarmant, rassurent des médecins.

47 résidents d’un EHPAD vaccinés en Moselle et testés positifs au Covid-19, 16 résidents d’un EHPAD du Pas-de-Calais ou encore 14 résidents d’une maison de retraite en Allemagne, qui avaient tous reçus la seconde dose du vaccin, testés également positifs...

Plusieurs exemples de personnes âgées vaccinées mais qui contractent le Covid-19 sont relevés, depuis le début de la vaccination. Ce qui donne du grain à moudre aux anti-vaccins, qui y voient des doutes sur l’efficacité des produits.

Des internautes s'inquiètent d'une inefficacité du vaccin
Des internautes s'inquiètent d'une inefficacité du vaccin

Pourtant, selon les médecins que nous avons interrogé, rien d’anormal dans ce phénomène. “La réponse immunitaire se produit environ 10 à 12 jours après la première dose. Si la personne croise le virus durant ce laps ce temps, c’est logique qu’elle soit infectée, car elle n’est que très partiellement, voire pas protégée”, explique Eric Billy, chercheur en immuno-oncologie.

La première dose pas immédiatement efficace

Autrement dit, il faut attendre au moins 10 jours après la première injection pour être partiellement immunisé. Or, dans le cas de l’EHPAD en Moselle, seule la première injection a été administrée aux résidents, la seconde devait avoir lieu entre les 4 et 6 février, et a été repoussée.

Sur les 47 résidents de cet EHPAD, l’un qui présentait des comorbidités est décédé, deux autres, qui affichent des signes de fragilité, se trouvent dans un état préoccupant. En revanche, les 44 autres résidents ne présentent que des symptômes légers. “Cela montre que la première dose, au bout de 10 à 12 jours, assure une protection partielle qui peut éviter des formes sévères”, complète Eric Billy. Selon les données de Pfizer, la première dose assure un taux de protection de 52,4% dès la première injection.

Le vaccin pleinement efficace 7 jours après la seconde dose

Dans la maison de retraite de Belm, en Allemagne les résidents avaient pourtant reçus la seconde dose du vaccin, le 25 janvier, avant d’être testés positifs début février, avec de légers symptômes. “Pour atteindre l’efficacité complète du vaccin (autour de 95% pour les vaccins administrés en EHPAD, ndlr), il faut attendre au moins 7 jours après la seconde injection. Entre la première dose et cet instant, la protection n’est que partielle”, précise Eric Billy, qui rappelle qu’il faut prendre en compte le temps d’incubation de la maladie, 5 jours en moyenne, entre la contagion et l’apparition des symptômes, pour comprendre ces infections malgré la seconde dose.

Un cluster dans un EHPAD malgré la vaccination
Un cluster dans un EHPAD malgré la vaccination

Entre la première injection et le moment où le vaccin sera pleinement efficace, il faut donc attendre 21 ou 28 jours (le délai entre les deux doses, selon le vaccin) puis une dizaine de jours après le vaccin. “Durant ce délai, vous pouvez être contaminé par le virus. Mais plus l’infection arrivera après la première injection, moins le risque de faire une forme grave sera élevé”, ajoute le chercheur en immuno-oncologie, sans oublier qu’aucun des vaccins n’est à 100% efficace.

Une réponse immunitaire plus lente chez les personnes âgées

Autre élément d’explication pour comprendre ces cas positifs chez des personnes vaccinées, la réponse immunitaire chez les personnes âgées. “Plus on vieilli, moins la réponse immunitaire est importante. Elle existe toujours, mais elle peut être un peu plus faible que chez un sujet jeune, et mettre davantage de temps à être optimale” explique Yvon le Flohic. “C’est pour cela que les vaccins à ARN, les plus efficaces, sont donnés aux plus âgés”, ajoute le médecin, ancien membre de la cellule de veille épidémiologique de la grippe H1N1.

De nombreux pays européens ont ainsi décidé de ne pas autoriser le vaccin développé par AstraZeneca pour les plus de 65 ans, voire 55 ans en Italie en raison d’un manque de données sur son efficacité sur les plus âgés. Ce vaccin est efficace à 70%, contre 95% en moyenne pour Pfizer et Moderna.

Des lieux propices aux contaminations

Autre piste d’explication avancée pour comprendre pourquoi des personnes vaccinées peuvent tout de même être testées positives, leur exposition répétée au Sars-Cov-2.

“On sait que les EHPAD sont des lieux où le virus circule beaucoup, comme à l’hôpital. Une personne partiellement vaccinée, en étant exposé de manière répétée au virus qui circulerait dans l’EHPAD peut voir le virus ‘déborder’ l’immunité”, ajoute Yvon le Flohic, d’autant plus chez les personnes âgées, où l’immunité peut être réduite.

Un vaccin conçu contre les formes sévères

Il faut également rappeler que les vaccins ont été conçus pour éviter les formes graves et modérées, qui conduisent à l’hôpital, et n’ont pas été conçus pour empêcher d’attraper le virus ou de le transmettre. Néanmoins, des premières données semblent montrer une efficacité dans ce sens.

Israël, qui a au moins injecté une dose de vaccin à 70% des plus de 60 ans, enregistre une baisse d’un tiers des contaminations au sein de cette tranche d’âge, signe que le vaccin, en plus d’éviter les formes graves, réduirait significativement la contagion. En France, près de deux tiers des résidents d'Ehpad ou d'unité de soins de longue durée ont reçu au moins une dose. 12% de ce public ciblé en priorité par les vaccins a reçu les deux doses.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles