Voici comment le Covid-19 révèle les inégalités entre les jeunes

·1 min de lecture

"C'est dur d'avoir 20 ans en 2020". Ces mots prononcés par Emmanuel Macron le 14 octobre dernier expriment une forme de compassion envers les jeunes. L'expérience du confinement puis du déconfinement, avec les mesures barrières, la distanciation sociale, la fermeture partielle des universités et les difficultés accrues à trouver un emploi évoquent en effet un climat anxiogène auquel tous seraient confrontés, devant faire face aux restrictions des sociabilités, à la précarité et à l'incertitude de l'avenir. Ce message présidentiel contraste cependant avec d'autres discours gouvernementaux, jugés parfois culpabilisants. Certains ont en effet pointé les festivités étudiantes, qui expliqueraient les "clusters" à l'université, ou adopté une approche infantilisante, présentant les jeunes comme les principaux responsables de la diffusion du virus, notamment dans le spot "choc" du ministère de la Santé.

Dans un cas comme dans l'autre (compassion ou stigmatisation), la crise sanitaire, économique et sociale a renforcé les préoccupations et les injonctions à l'égard des jeunes. Et les mots utilisés pour les désigner laissent entendre qu'ils formeraient une communauté de destin – on a parlé de "Génération Covid" et Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, s'est inquiété de ce qu'il a nommé un "terreau d'une colère générationnelle".

Pas une mais des jeunesses

Cette lecture générationnelle tend à faire des jeunes un bloc homogène, dans lequel ils partageraient une condition et une con...


Lire la suite sur LeJDD