Covid-19: pourquoi le déjeuner de Brigitte Macron avec des médecins généralistes fait réagir

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·4 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Brigitte Macron au Palais de l'Elysée, le 1er juillet 2021. - Ludovic MARIN / AFP
Brigitte Macron au Palais de l'Elysée, le 1er juillet 2021. - Ludovic MARIN / AFP

C'est une rencontre qui fait grincer des dents sur les réseaux sociaux. Brigitte Macron a organisé un déjeuner avec plusieurs médecins généralistes exerçant dans le pays. Alors que le repas était organisé la veille de l'allocution d'Emmanuel Macron, la liste des invités peut surprendre. Libération a passé au crible les protagonistes de cet événement.

"Tous les points de vue"

Interrogé par nos confrères, l'Élysée a confirmé une rencontre de Brigitte Macron avec "plusieurs médecins généralistes en activité, venus de plusieurs régions de France, pour un échange sur la situation sanitaire, l’état psychique de leurs patientèles". Plusieurs internautes se sont étonnés d'y voir des médecins généralistes sceptiques sur la gravité et la propagation du coronavirus, sur le vaccin ou encore sur le pass sanitaire.

L'un des invités est Guillaume Barucq. Ce médecin généraliste basé à Biarritz s'est fait connaître depuis le début de la crise sanitaire, notamment à travers son opposition à l'obligation vaccinale et au pass sanitaire. Selon lui, le déjeuner était une bonne initiative car "c'est en se nourrissant de tous les points de vue qu’on progresse et les médecins de terrain méritent aussi une écoute".

"Bas les masques" vs "jamais sans mon masque"

Autre convive ce jour-là, le co-fondateur du site "Bas les masques", souvent décrit comme "covido-sceptique". Fabien Quedeville a également œuvré au sein du mouvement "je ne me confinerai pas", en opposition à un potentiel troisième confinement en janvier 2021. En somme, ce médecin généraliste de l'Essonne s'oppose radicalement à la quasi-totalité de la politique gouvernementale depuis le début de la pandémie. A titre d'illustration, il est signataire d'une tribune publiée sur FranceSoir, connu pour ses penchants complotistes. Cette dernière affirme, entre autres, que le Covid n’est pas contagieux et qu'il ne sature pas les hôpitaux et n'hésite pas à qualifier la France de "dictature".

C'est une "démarche intéressante, puisque c’est la première fois que je vois le sommet de l’Etat intéressé par des médecins de ville, de territoires différents et qui n’appartiennent pas au sérail", explique l'intéressé au Généraliste au sujet de l'invitation de Brigitte Macron.

En revanche, à la même table, se trouvait également Yvon Le Flohic, à l'origine, lui, du mouvement "Jamais sans mon masque", alertant sur le port indispensable du masque dans certains lieux. Ce qui n'a pas empêché ce médecin de saluer l'initiative de Brigitte Macron.

"Je pense qu’il est très bien que madame Macron consulte la société civile, dans sa diversité (...). J'espère qu'elle continuera à consulter qui elle souhaite, en dehors des organigrammes. On ne peut reprocher à nos dirigeants d’être dans une bulle technocratique, tout en leur reprochant d’écouter des gens actifs sur le terrain dans le domaine sanitaire. Le fait que des personnes avec qui je n’ai pas été en accord soient présentes ne m’a pas dérangé, même si certains le regrettent, les docteurs Barucq et Quedeville représentent une mouvance de l’opinion sanitaire et je ne suis pas surpris que madame Macron ait souhaité les entendre", a-t-il détaillé à Libération.

Un médecin initiateur de la rencontre

Les médecins cités en amont n'étaient pas les seuls convives. L'Élysée a également accueilli Alice Desbiolles, médecin de santé publique et épidémiologiste, qui "s’est surtout illustrée dans les médias à propos du renforcement du protocole sanitaire dans les écoles et les fermetures de classes au premier test positif, auxquelles elle s’oppose", expliquent nos confrères. Enfin, le quotidien rapporte que l'initiateur de cette rencontre est le très médiatique médecin urgentiste Gérald Kierzek, qui s'oppose à la vaccination obligatoire et au pass sanitaire et qui a, par le passé, été très critique des confinements.

Si les invités de ce déjeuner ont autant fait parler, c'est également car Brigitte Macron a déjà été critiquée au temps fort de la pandémie pour ses relations avec Didier Raoult. D'après une enquête réalisée par le journal Le Monde, la femme d'Emmanuel Macron figure "au premier rang" des voix l'ayant poussé à prendre contact avec l'infectiologue de Marseille.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles