Covid-19 : le pic des admissions à l'hôpital est attendu à la mi-novembre

·1 min de lecture

Scrutées par l'exécutif et les autorités de santé, les modélisations régulières de l'Institut Pasteur à Paris donnent la météo de l'épidémie. Un baromètre incertain - les chercheurs répètent qu'il s'agit de "projections" et non de "prévisions" - mais fort instructif. La dernière livraison, datée de vendredi, jour du début du confinement, cherche à estimer "l'évolution possible du nombre de patients Covid-19 dans les services hospitaliers en France" dans les prochaines semaines. Et surtout à évaluer les effets potentiels d'un confinement qui se prolongerait jusqu'au 15 décembre.

Comme le montrent les cartes ci-contre, jointes à l'étude de l'Institut Pasteur, plusieurs scénarios sont envisagés (chacun décrit par une courbe colorée), selon que les mesures de restriction des contacts sociaux sont bien respectées et donc très efficaces ; ou un peu moins suivies par la population et donc moins efficaces. L'indicateur de réussite du confinement saison 2 étant, comme pour la saison 1, le fameux R (nombre de contacts contaminés par une personne infectée). Comme l'indiquent les graphiques, il pourrait varier de 0,7, si le frein est semblable à celui observé au printemps, à 1,2. Le scénario de référence retenu est à 0,9.

Il n'y aura pas de chute brutale

"Dans toutes les hypothèses, le pic des admissions à l'hôpital sera atteint pendant la deuxième semaine de novembre, décrypte l'épidémiologiste de l'Institut Pasteur Arnaud Fontanet. La baisse des entrées se fera d'abord dans les service...


Lire la suite sur LeJDD