Covid-19 : une Niçoise positive bloquée à ses frais aux Maldives

·1 min de lecture
Comme Fleur, plusieurs touristes européens sont bloqués aux Maldives dans l'attente d'un test PCR négatif (Illustration).
Comme Fleur, plusieurs touristes européens sont bloqués aux Maldives dans l'attente d'un test PCR négatif (Illustration).

Des vacances paradisiaques qui tournent (presque) au cauchemar. Fleur, une Niçoise de 34 ans, a eu le malheur d?être testée positive au Covid-19 à la fin de sa croisière dans les Maldives. Placée en quarantaine sur l?île paradisiaque, à ses frais, elle doit fournir un test négatif pour pouvoir sortir. Sauf que les autorités sanitaires locales lui refusent et exigent une demande de l?ambassade de France pour procéder au test de dépistage, raconte Nice-Matin. Chaque jour, la facture de l?hôtel grimpe et on lui réclame déjà 2 100 dollars. La jeune femme refuse de payer : « C?est mon seul moyen de pression. » À l?origine, ses vacances devaient se terminer samedi 11 septembre.

Fleur reconnaît qu?il « y a pire comme situation ». « On est dans des petits bungalows face à la mer. On a notre transat. On peut se baigner. La seule chose, c?est que l?on ne doit pas avoir de contact avec les autres », explique-t-elle à Nice-Matin. Mais ce qu?elle n?apprécie pas, c?est d?avoir l?impression que les Maldives se font de l?argent sur son dos. Elle se demande en effet « s?ils n?ont pas trouvé un bon moyen de remplir leurs hôtels ». De plus, d?autres personnes sont dans cette situation. Fleur rapporte le cas de plusieurs touristes suisses, qui ont également vécu pareille mésaventure.

L?ambassade française impuissante face aux autorités maldiviennes

Fleur, se trouvant face à un mur, a décidé d?en appeler à l?ambassade française du Sri Lanka, qui s?occupe aussi des Maldives, préci [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles