Covid-19: malgré la 5ème vague, Macron tient "à ce qu'on ne referme pas les choses"

·2 min de lecture
Emmanuel Macron à l'Elysée le 24 novembre 2021 - Thomas COEX © 2019 AFP
Emmanuel Macron à l'Elysée le 24 novembre 2021 - Thomas COEX © 2019 AFP

Les tracas du quotidien, et une épidémie sans fin. Emmanuel Macron a réaffirmé ce mardi l'intention du gouvernement de d'éviter au maximum les mesures de fermeture malgré la progression de la cinquième vague en France.

"Moi je tiens à ce qu'on ne referme pas les choses", a confié le chef de l'État à des journalistes en marge du déplacement. "En janvier 2021, on a réussi à ne pas refermer parce qu'on avait le couvre-feu, et là, on arrive à ce qu'il n'y ait plus de jauge, on met des restrictions sur la convivialité".

En déplacement à Vierzon (Cher), le président explique également l'absence de couvre-feu ou de confinement, recours ultime lors des précédentes vagues, par la vaccination. Reste qu'Emmmanuel Macron le concède: de nombreux Français se sentent piégés comme dans une boucle temporelle avec cette nouvelle vague.

"À la sortie de l'été, on avait vacciné à mort, les gens se disaient 'on va en finir' et là il y a un côté jour sans fin", reconnaît le président. 876450610001_6285594761001

La 5ème vague "met un coup au moral"

"On sent une fatigue", rapporte le chef de l'État, parlant de concitoyens "moins positifs qu'il y a deux mois, on sent que ça (la reprise épidémique, NDLR) met un coup au moral [...] les gens sont hyper résistants mais le sanitaire revient."

Le gouvernement a dévoilé lundi soir une série de mesures sanitaires destinées à freiner la cinquième vague de l'épidémie, écartant dans le même temps un éventuel couvre-feu ou même confinement à l'approche des fêtes de fin d'année.

"L'heure n'est pas à des mesures de jauge, de couvre-feu ou de confinement, ce serait disproportionné", a assuré Jean Castex, appelant à nouveau à la vaccination et rappelant l'importance de respecter les gestes barrières.

Même son de cloche ce mardi de la bouche du président: à moins de trois semaines des fêtes, "il faut tenir", a lancé Emmanuel Macron. S'agissant enfin de la fermeture des discothèques pour une durée de quatre semaines, le président s'est engagé à ce qu'elles puissent rouvrir "au plus vite" et promettant une "indemnisation exemplaire" pour les établissements fermés.

Article original publié sur BFMTV.com