Covid-19 : selon une étude, 80% des malades sont en manque de vitamine D

·2 min de lecture
Le poisson, bon pour la mémoire et la santé (illustration Getty Images)
Le poisson, bon pour la mémoire et la santé (illustration Getty Images)

La vitamine D, en lien direct avec la pandémie de Covid-19 ? C’est ce que semble indiquer une étude publiée ce mardi. Ce qui n’assure pas pour autant qu’un traitement à base de vitamine D soit indiqué pour soigner la maladie.

C’est une étude qui porte sur un panel de 216 patients atteints du Covid-19. Et les résultats obtenus par les chercheurs de l’université de Cantabrie, au nord de l’Espagne, montrent que pas moins de 82 % des cas présentent des niveaux inhabituellement bas de vitamine D. Publiée ce mardi dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, l’étude tire également les conclusions de ces chiffres.

Vitamine D et système immunitaire

La vitamine D est un facteur de bonne santé du squelette et supporte le bon fonctionnement du système immunitaire. Elle est produite naturellement par le corps lorsqu’il est exposé au soleil, bien qu’elle puisse également être obtenue par une nutrition riche en poissons, œufs, champignons ou fromages. À l’approche de l’hiver, le corps fait naturellement des stocks qui lui permettront de tenir jusqu’au retour des beaux jours.

Les personnes âgées et affaiblies présentent généralement des niveaux bas de vitamine D, ce qui les rend sensibles aux attaques extérieures. Ceci explique une partie des chiffres de l’étude (les personnes fragiles sont plus exposées au virus) l’autre partie étant au contraire directement liée au Covid-19 (le virus rend les personnes fragiles en diminuant leur niveau de vitamine D)

Des vitamines D, mais pas trop

Mais quelles conclusions tirer de ces chiffres sur la prévention et le traitement de la Covid-19 ? Pour le Dr. José L. Hernández, co-auteur de l’étude, il faut donner aux patients des suppléments vitaminiques : “Un traitement à base de vitamine D devrait être recommandé lorsque le patient présente des carences. Cette approche peut avoir des effets bénéfiques à la fois sur l’ensemble musculosquelettique, mais aussi sur le système immunitaire”, écrit-il.

D’autres experts sont moins d’accord avec cette approche. La professeur Carolyn Greig, de l’université de Birmingham, a ainsi prévenu dans les colonnes du Times of India que “il n’y a pas assez de preuves que la vitamine D puisse agir comme un traitement contre la Covid-19, et la sur-indication doit être évitée car elle peut être dangereuse.”