Covid-19 : un lien entre le vaccin et des myocardites ?

·2 min de lecture
Healthcare professional in protective gloves & workwear holding & organising a tray of COVID-19 vaccine vials. The professional is carrying out researches on COVID-19 vaccine in laboratory.

Le ministère israélien de la Santé examine 62 cas de myocardite après le vaccin Pfizer sur plus de cinq millions de personnes vaccinées.

Une nouvelle conséquence du vaccin contre le Covid-19 ? En Israël, une enquête du ministère a fuité et révèle que 62 hommes vaccinés contre le virus, sur cinq millions de vaccinés, ont rapporté une affection cardiaque, une myocardite, dans les jours suivant la première injection. Le rapport note que 56 cas se sont révélés après la seconde dose et que la majorité des personnes touchées étaient des hommes de moins de 30 ans. Le document précise que 60 malades ont été soignés et qu’ils ont ensuite quitté l’hôpital en bonne santé. Deux des patients, apparemment en bonne santé avant la vaccination – une femme de 22 ans et un homme de 35 ans –, sont décédés. Pour le moment, aucun lien direct n’a été établi entre le vaccin et les décès, comme le rapporte The Times of Israël.

Ces inquiétudes proviennent d’un rapport intermédiaire présenté aux responsables du ministère et au laboratoire Pfizer. Des extraits de ce rapport soulignent que les enquêteurs n’ont pas pu prouver de lien direct dans leurs conclusions, mais qu’ils restent toutefois préoccupés. "Les conclusions ont été présentées à la firme Pfizer qui a répondu ne pas avoir eu d’informations de ce type dans le reste du monde et qui a précisé qu’elle étudierait ces données", selon un extrait du rapport qui ajoute que les détails de l’enquête qui a été réalisée ont été envoyés à la FDA et au CDC américains.

VIDÉO >> Dr Christian Recchia : "Ces quatre points vont vous sauver des maladies cardiovasculaires"

Les moins de 30 ans particulièrement vulnérables ?

Les auteurs ont estimé qu’une "raison possible de l’absence de conclusions similaires dans les autres pays est le faible taux de vaccination parmi les jeunes". Avant de poursuivre : "Il y a une inquiétude spécifique qui concerne la fréquence de l’effet secondaire qui a été observé chez les hommes de moins de 30 ans immédiatement après la deuxième dose. À ce stade, selon les conclusions initiales qui doivent encore être vérifiées, il y a une impression que le nombre de cas est supérieur à ce qui pouvait être attendu, en particulier dans la catégorie d’âge des moins de 30 ans".

"Nous ne pouvons pas encore dire s’il y a plus de cas que la normale, ou s’il y a des chiffres annuels similaires et que cette proximité des cas dans le temps n’est qu’une coïncidence. Les efforts visant à collecter un plus grand nombre de données continuent", précise le rapport.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles