Publicité

Covid-19 : L’obligation vaccinale pour les soignants bientôt supprimée ?

A doctor administers a dose of the Pfizer-BioNtech Covid-19 vaccine to a fellow doctor on January 5, 2021, at the University Hospital Centre (CHU) of Lille, northern France. - France promised on January 5, 2021, to speed up Covid-19 vaccinations, but failed to silence critics who accused the government of

CORONAVIRUS- La Haute autorité de santé (HAS), dont l’avis est normalement suivi par le gouvernement, a ouvert ce lundi 20 février la voie à la fin de la vaccination obligatoire anti-Covid chez les soignants, réservant toutefois son avis définitif pour fin mars. « Dans le contexte actuel, l’obligation vaccinale contre la Covid-19 pourrait être levée pour tous les professionnels visés », a jugé la HAS, dans un projet d’avis rendu public sur son site.

« Cette vaccination devrait toutefois rester fortement recommandée, en particulier pour les professions pour lesquelles une recommandation de vaccination est actuellement en vigueur pour la grippe », prévient-elle. Mais il ne s’agit pas d’une position définitive. L’institution va maintenant, au vu de « l’importance sociétale » du sujet, mener pendant un mois une consultation publique, avant de rendre un avis final fin mars.

La HAS note en particulier qu’« une diminution de la circulation du virus est observée depuis plusieurs semaines ». De plus, « l’ampleur des vagues épidémiques […] semble s’atténuer au fur et à mesure du temps » et les «indicateurs sanitaires (hospitalisations, réanimation et décès) suivent la même tendance », à l’exception de la dernière vague de 2022 qui a connu « un nombre plus important d’hospitalisations (conventionnelles et réanimations) et de décès proportionnellement au nombre de personnes infectées », note l’HAS.

La Haute Autorité souligne en outre une couverture vaccinale élevée chez les professionnels de santé, qui « varie de 86,2 % en Ehpad à 88,3 % pour les libéraux ».

Une obligation polémique

Depuis 2021, l’ensemble des soignants – et plus généralement toute personne travaillant en milieu hospitalier – doivent être vaccinés contre le Covid pour pouvoir exercer leur profession. Un sujet qui a suscité d’importants débats depuis deux ans, plusieurs forces d’opposition – à gauche, la France insoumise (LFI), à l’extrême droite, le Rassemblement national (RN) – réclamant depuis plusieurs mois la réintégration des soignants non vaccinés.

Le gouvernement, ainsi que de nombreux professionnels de santé, y sont opposés pour des raisons médicales et déontologiques. Toutefois, l’exécutif a décidé de s’en remettre à la HAS qu’il a plus globalement saisie sur l’ensemble des vaccins obligatoires chez les soignants. Ils comprennent aussi ceux contre l’hépatite B, ainsi que la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite (réunis dans le vaccin DTP).

Pour le vaccin DTP, la HAS penche pour lever l’obligation à l’exception des soignants de Mayotte, très exposée à la diphtérie. Pour l’hépatite B, elle se prononce pour un maintien partiel de l’obligation, ciblée sur les soignants exposés à un risque élevé de contamination. C’est notamment le cas des médecins exposés au sang, comme les chirurgiens.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi