Covid-19: discours de Macron à 20h le mardi 9 novembre

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Après Attal et Véran, Castex sonne l'alerte sur le rebond épidémique... en attendant Macron? (photo d'illustration du président de la République prise en juillet 2021) (Photo: via Associated Press)
Après Attal et Véran, Castex sonne l'alerte sur le rebond épidémique... en attendant Macron? (photo d'illustration du président de la République prise en juillet 2021) (Photo: via Associated Press)

POLITIQUE - Ressortez les cartes, les courbes et les graphiques. Depuis plusieurs jours, le gouvernement et les autorités sanitaires se relaient de tribunes en médias pour faire état d’une situation qui se dégrade sur le front de l’épidémie de coronavirus.

Après Olivier Véran, le ministre de la Santé, ou Gabriel Attal qui annonçait, mercredi dernier, le retour du masque à l’école dans une quarantaine de départements, face au “risque non-négligeable de reprise”, c’est au tour de l’exécutif de tirer la sonnette d’alarme.

“Même si ça n’est pas une explosion, 80 départements connaissent une reprise légère mais réelle”, a ainsi expliqué le Premier ministre, Jean Castex ce vendredi 5 novembre, depuis le CHU de Montpellier, exhortant à “une mobilisation générale autour de la vaccination” et de la troisième dose. Un discours qui sera repris par Emmanuel Macron dans les prochains jours, le président de la République ayant prévu de s’adresser aux Français.

Allocution mardi à 20h

Force est de constater que le rebond se confirme, sur le territoire, après avoir déjà gagné une bonne partie de l’Europe. “Toutes les régions sont touchées”, résume Patrick Rolland, de la direction des régions de Santé publique France à l’AFP, chiffres à l’appui.

Jeudi, l’agence nationale faisait ainsi état de 9502 nouveaux cas et d’un taux de positivité de 2,2% sur les sept derniers jours. Une semaine auparavant ce taux, qui mesure la proportion de cas parmi les personnes testées, n’était que de 1,8%. Cette reprise s’est amorcée depuis le mois dernier, comme en témoignent les taux d’incidence et de reproduction, deux autres indicateurs clefs, en hausse depuis trois semaines.

C’est dans ce contexte que le président de la République s’apprête, donc, à s’exprimer. En indiquant que ce serait “très prochainement”, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal est venu confirmer ce que l’Elysée laissait planer en rappelant au HuffPost qu’Emmanuel Macron avait prévu de “revenir devant les Français à l’automne.”

Ce sera plus précisément dans une allocution ce mardi 9 novembre à 20h, a fait savoir l’Elysée vendredi en fin de journée.

Les différentes pistes

Mais pour dire quoi? Il “prendra à nouveau la parole”, toujours selon Gabriel Attal pour parler réforme, reprise économique et rebond épidémique. Dans ce contexte, rares sont ceux à s’aventurer sur le terrain sanitaire, tant les questions autour de la vaccination, présentée par l’exécutif, comme le meilleur moyen de se prémunir d’une nouvelle vague de covid-19, demeurent éruptives.

Selon RTL, qui cite un “membre du gouvernement”, Emmanuel Macron pourrait notamment rendre la troisième dose du vaccin obligatoire pour les plus fragiles.

Une contrainte -qui ne manquerait pas de faire réagir- envisagée par Jean Castex... mais pas franchement prioritaire. Interrogé par l’AFP sur les pistes éventuelles de l’exécutif, le Premier ministre a évoqué deux principales options, avec une plus probable que l’autre.

“Nous réfléchissons à celle du pass sanitaire sans doute plus que la piste de la vaccination obligatoire pour les plus de 65 ans”, a-t-il précisé, avant de promettre une “réponse bientôt.” Dans cette optique, un Conseil de défense pourrait avoir lieu en tout début de semaine prochaine, sans doute avant l’allocution présidentielle. Des mots que l’on avait presque oubliés.

À voir également sur Le HuffPost: Pourquoi la France a commandé 50.000 doses de pilules anti-Covid

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles