Covid-19 : Elisabeth Borne invite les Français à remettre le masque

SOPA Images / Getty Images

Elisabeth Borne a lancé mardi 29 novembre un "appel solennel" au respect des gestes barrière face à une "nouvelle vague" de l'épidémie de Covid-19, qui "tue encore", et fustigé "l'obscurantisme" de certains élus sur les vaccins. "Je lance un appel solennel : respectons les gestes barrière, portons le masque dès que nous sommes avec des personnes fragiles ou dans des zones de promiscuité comme les transports en commun. Ce sont des petits gestes qui sauvent des vies", a affirmé la Première ministre lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale. "Cette nouvelle vague nous le rappelle : le virus n'a pas disparu, l'épidémie frappe encore, tue encore", a-t-elle ajouté.

Il s'agit d'une "pression supplémentaire" sur les hôpitaux qui font déjà face aux épidémies de grippe et de bronchiolite, a-t-elle rappelé, en appelant à se vacciner contre la grippe et le Covid. "Vaccinez-vous cela vous protège, cela protège votre hôpital", a-t-elle insisté. Saluant le travail "exceptionnel" des personnels soignants, Elisabeth Borne a estimé que "notre devoir c'est de les aider, pas de prendre des mesures purement idéologiques qui rendraient leur mission plus difficile encore". Plusieurs groupes d'opposition réclament la réintégration des soignants non vaccinés contre le Covid, un sujet qui avait provoqué des débats houleux la semaine dernière à l'Assemblée. "J'assume de refuser de faire passer les manœuvres politiques avant la science" et de "ne pas soutenir des mesures purement (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Calanques : il faudra de nouveau réserver pour visiter le parc national l'été prochain
Chine : la quête problématique du gouvernement de Xi Jinping pour contrôler les messages postés sur Internet
Les étudiants étrangers, un joli pactole pour la France
Les secteurs où les salaires à l'embauche augmentent, 10% des ventes immobilières échouent à cause d’un refus de crédit… Le flash éco du jour
Le gouvernement promet un plan d'investissement dans le ferroviaire "de plusieurs dizaines de milliards d'euros"