Covid-19. Donald Trump ferme les portes des États-Unis aux étrangers venant du Brésil

Courrier international (Paris)
1 / 2

Covid-19. Donald Trump ferme les portes des États-Unis aux étrangers venant du Brésil

Les non-américains s’étant rendu au Brésil durant les 14 jours précédant leur demande d’entrée aux États-Unis n’y seront pas acceptés, a indiqué dimanche l’administration américaine. Même si la décision de Washington n’est pas une surprise étant donné la progression de la pandémie au Brésil, elle porte un coup dur à Jair Bolsonaro, l’un des plus proches alliés de Trump.

Les voyageurs étrangers ayant transité par le Brésil ne sont plus les bienvenus aux États-Unis. Alors que le bilan des victimes du Covid-19 a franchi dimanche le seuil des 22 000 morts, l’administration Trump a annoncé qu’elle interdisait l’entrée aux personnes ayant été au Brésil au cours des deux dernières semaines, en raison des difficultés que rencontre le pays d’Amérique latine à contrôler l’épidémie, rapporte O Globo.

“La décision d’aujourd’hui permettra de s’assurer que des étrangers qui sont allés au Brésil ne deviennent pas une source de contaminations supplémentaires dans notre pays”, a expliqué dimanche dans un communiqué, la porte-parole de la présidence américaine Kayleigh McEnany, tout précisant que le commerce ne serait pas concerné par ces mesures.

Un “revers” pour Jair Bolsonaro, allié de Trump

“Bien que le nombre de voyages en avion s’est effondré pendant la pandémie, l’interdiction des vols imposée par un allié est tout de même un revers important qui porte un coup à l’image de M. Bolsonaro”, lequel n’a pas hésité par le passé à “utiliser ses relations chaleureuses avec Trump pour renforcer sa stature politique”, note le New York Times. D’autant que le dirigeant populiste brésilien “a déjà vu sa cote de popularité baisser récemment alors que l’épidémie au Brésil est devenue incontrôlable”.

La décision américaine “met encore davantage en lumière sa mauvaise gestion de la crise sanitaire”, estime

[...] Retrouvez cet article sur Courrier international

À lire aussi :