Publicité

Covid-19 : voici les départements les plus touchés en France

Une nouvelle fois, la circulation du Covid diminue très fortement en France, et atteint un niveau particulièrement bas. Quelques exceptions sont à relever.

Le Covid circule à un niveau très bas, indique Santé Publique France / Photo d'illustration Getty Images
Le Covid circule à un niveau très bas, indique Santé Publique France / Photo d'illustration Getty Images

La circulation du Covid ne cesse de diminuer en France, semaine après semaine, avec une incidence moyenne sur l'ensemble du territoire qui atteint 8 cas pour 100 000 habitants. Alors que l'épidémie de grippe ne cesse de progresser en France et que toutes les régions sont désormais en phase épidémique, l'épidémie de Covid suit une trajectoire inverse, comme vous pouvez le constater sur la carte ci-dessous, qui met en lumière l'évolution du Covid, d'une semaine sur l'autre.

Jusqu'à -80% dans certains départements

À noter toutefois le cas particulière de la Lozère, où l'évolution est affichée à 0, alors qu'elle est passée de 0 à 3,92 cas pour 100 000 habitants d'une semaine sur l'autre.

La majorité des départements enregistre une baisse de la circulation du Covid, parfois forte et qui atteint jusqu'à -80% en Savoie et dans le Lot.

19 départements en hausse

Seuls 19 départements ont enregistré une hausse entre la semaine du 15 au 21 janvier et celle du 22 au 28 janvier, qui a jusqu'a doublé le taux d'incidence comme dans l'Aube.

Malgré cette hausse dans 19 départements, la circulation du Covid reste à des niveaux très faibles, selon les tests positifs réalisés en laboratoire. Comme le montre la carte ci-dessous, le niveau de circulation est très faible et atteint au maximum 20 cas pour 100 000 habitants dans le département de l'Yonne.

Seuls 23 départements avec une incidence supérieure à 10

Seuls 23 départements ont un taux d'incidence qui dépasse les 10 cas pour 100 000 habitants. Avec 1,15 cas pour 100 000 habitants, le Lot a le taux d'incidence le plus bas de l'Hexagone.

"Forte augmentation de l’ensemble des indicateurs" de la grippe

Comme le relève Santé Publique France dans son bulletin hebdomadaire, "les taux de positivité ont diminué en ville et dans les hôpitaux, de même que les indicateurs syndromiques dans presque toutes les classes d'âge, avec une stabilisation à un faible niveau pour les enfants".

Autre épidémie sous surveillance, celle de la bronchiolite, pour laquelle Santé Publique France relève "une stabilisation ou une légère augmentation des indicateurs à des niveaux bas dans l'Hexagone", pour la première année de déploiement du traitement préventif Beyfortus. Aucune région n'est en phase épidémique pour la bronchiolite.

Enfin, pour la grippe, Santé Publique France relève une "poursuite de l’épidémie dans l’Hexagone avec une forte augmentation de l’ensemble des indicateurs", et le placement en phase épidémique pour toutes les régions.

VIDÉO - Quel est ce nouveau variant du Covid-19, JN.1?