Covid-19 : le délire est un symptôme plus courant et persistant qu’on ne le pense

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Le délire décrit une pensée confuse
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Des médecins américains alertent sur un symptôme méconnu du coronavirus, le délire, qui serait "inhabituellement" persistant chez les patients les plus gravement atteints.

Fatigue, maux de tête, difficultés à respirer…et maintenant délire. La liste des symptômes et complications du Covid-19 s’allonge, selon les résultats d’une étude publiée dans la revue BMJ Open. Selon des médecins américains, le délire, un terme médical pour décrire une pensée confuse et une conscience réduite de l’environnement, est plus répandu qu’on ne l’imagine chez les malades du coronavirus.

Les premières recherches sur le sujet ont montré que le délire survenait chez environ 80% des patients admis en soins intensifs à cause du Covid-19, rappelle Science Alert. Cela serait dû à une perte d'oxygène dans le cerveau ou à une inflammation généralisée. Dans cette nouvelle étude, les chercheurs ajoutent de nouvelles preuves et précisent que le délire pourrait retarder le rétablissement des malades s’il n’est pas traité.

VIDÉO : Covid-19 : une nouvelle vague à l'automne 2021 ? Un épidémiologiste s'alarme

70% des patients ont subi une perturbation

Dans le détail, les dossiers médicaux de 148 patients admis dans un hôpital du Michigan entre mars et mai 2021 ont été passés au crible. Les chercheurs ont découvert que plus de 70% de la cohorte avait subi une perturbation prolongée de leurs capacités mentales. En général, le délire a duré plusieurs jours et près d'un tiers des participants ont quitté l'hôpital sans démontrer qu'ils s'étaient complètement remis de leur délire.

Parmi ceux qui sont sortis avec des signes de troubles cognitifs, près de la moitié ont eu besoin de soins infirmiers qualifiés pour se débrouiller à domicile. Leur confusion persistante a réduit leur capacité à prendre soin d'eux-mêmes, selon des sondages téléphoniques de suivi menés entre le premier et le deuxième mois de leur sortie.

Une durée médiane de 10 jours

De plus, "la durée médiane du délire (10 jours) est relativement longue par rapport à d'autres populations gravement malades", soulignent les auteurs. Ils ne savent pas encore si le délire est le résultat du SARS-CoV-2 lui-même.

"Dans l'ensemble, cette étude met en évidence une nouvelle raison de se faire vacciner, note l'anesthésiste, Phillip Vlisides, de l’hôpital du Michigan. Il peut y avoir des complications neurologiques à long terme dont nous ne parlons peut-être pas autant que nous le devrions."

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles