Covid-19: un confinement le week-end "sérieusement" à l’étude pour l'Île-de-France

Clément Boutin avec le service politique de BFMTV
·2 min de lecture

La piste d'un confinement le week-end en Île-de-France a été présentée ce lundi à Anne Hidalgo et Valérie Pécresse lors de réunions séparées avec les autorités préfectorales et sanitaires. Elle est "sérieusement envisagée" a appris BFMTV de plusieurs sources.

Ce lundi, quelques heures après des réunions réunissant les autorités préfectorales et sanitaires avec, d'une part, la maire de Paris et, d'autre part, la présidente de la région Île-de-France, il s'avère que la piste d'un confinement le week-end en Île-de-France est "sérieusement envisagée", a appris BFMTV de plusieurs sources, dont l'une proche de l'exécutif.

Si cette option pourrait être mise en place dès ce week-end, "rien n'est décidé" pour le moment, car la décision sera tranchée mercredi lors d'un nouveau Conseil de défense. Les préfets ont, en effet, fait comprendre que "tout remonte" jusqu'à Emmanuel Macron.

Des concertations ont, par ailleurs, lieu localement afin de définir les mesures de freinage à prendre en cas d'aggravation de la situation. La décision sera également prise en fonction de ces concertations et de l'évolution de l'épidémie, a souligné une source issue de l'exécutif à BFMTV.

Les chiffres ne sont pas bons dans la région, les données de mardi devraient permettre de savoir si la mauvaise tendance se confirme, ou non.

Opposition d'Anne Hidalgo

Après ces réunions, la maire de Paris Anne Hidalgo, lors d'une conférence de presse, a fait part de son désaccord avec cette hypothèse, qu'elle juge "difficile, dure, voire même inhumaine".

La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse, de son côté, a demandé, en cas de reconfinement le week-end, à ce que les marchés en plein air et les lieux de culte restent ouverts. Elle a également plaidé pour que les aides aux commerçants soient revues à la hausse.

Des mesures similaires pourraient être mises en place dans beaucoup des 20 départements mis sous "surveillance renforcée", notamment les Hauts-de-France, d'après une autre source consultée par BFMTV.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :