Covid-19 : « Le bilan va s'alourdir, quoi que nous fassions » prévient Olivier Véran

Source AFP
·1 min de lecture
Dans l'hémicycle, le ministre de la Santé Olivier Véran a souhaité « l'union nationale ».
Dans l'hémicycle, le ministre de la Santé Olivier Véran a souhaité « l'union nationale ».
Dans l'hémicycle, le ministre de la Santé Olivier Véran a souhaité « l'union nationale ». 
Dans l'hémicycle, le ministre de la Santé Olivier Véran a souhaité « l'union nationale ».

Le ministre de la Santé s'est exprimé à l'Assemblée nationale, où est débattue la prolongation de l'état d'urgence sanitaire, alors que l'épidémie s'emballe.

La vague de l'épidémie monte et l'exécutif prépare des restrictions pour les Français pour « une période longue et difficile », peut-être jusqu'au printemps : l'Assemblée nationale débat âprement ce samedi 24 octobre sur la prolongation de l'état d'urgence sanitaire, un régime d'exception.

Dès la fin de matinée, les députés, tous masqués, ont voté à main levée l'article 1er du projet de loi qui proroge jusqu'au 16 février l'application de l'urgence sanitaire. Elle pourra toutefois être levée par anticipation en cas d'amélioration de la situation.

Bientôt « des mesures beaucoup plus dures » ?

Mais les perspectives sont sombres. Dans l'hémicycle, le ministre de la Santé Olivier Véran a souhaité « l'union nationale » alors que le bilan va « s'alourdir dans les prochains jours et semaines, quoi que nous fassions », du fait de la dynamique du coronavirus. Le gouvernement vient d'élargir le couvre-feu à 54 départements et à la Polynésie, soit 46 millions de Français concernés.

Si l'épidémie n'est pas jugulée, il faudra « envisager des mesures beaucoup plus dures », a indiqué le Premier ministre Jean Castex jeudi, avant que le président Emmanuel Macron ne juge vendredi qu'il était « trop tôt pour dire si on va vers des reconfinements locaux ou plus larges ». Pour appliquer ce panel de dispositions, l'exécutif se fonde sur l'état d'urgence, rétabli par décret depuis une semaine sur l'ensemble du territoire. Or, au-delà d'un mois, sa prorogation doit être autorisée par [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :