Covid-19: Bertrand et Pécresse n'écartent pas un reconfinement limité aux Français non vaccinés

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Éric Ciotti, Valérie Pécresse, Michel Barnier, Philippe Juvin et Xavier Bertrand lors du débat de la droite sur BFMTV-RMC, le 14 novembre 2021. - BFMTV
Éric Ciotti, Valérie Pécresse, Michel Barnier, Philippe Juvin et Xavier Bertrand lors du débat de la droite sur BFMTV-RMC, le 14 novembre 2021. - BFMTV

876450610001_6281973591001

Sur ce point, ils ne sont pas tous d'accord. Lors du débat de la droite organisé ce dimanche par BFMTV et RMC, les cinq candidats à l'investiture LR pour la présidentielle se sont prononcés sur la question d'un possible reconfinement limité aux seuls personnes non-vaccinées, choix fait par le gouvernement en Autriche.

Xavier Bertrand et Valérie Pécresse ont affirmé qu'ils n'excluaient pas de prendre une telle mesure en fonction de l'évolution de la situation sanitaire en France:

"S'il y a une recrudescence de la pandémie qui met en danger des vies, je ne reconfinerai pas tous les Français", a expliqué Valérie Pécresse. "Les Français qui se sont fait vacciner ont pris leur responsabilité, j'envisagerais le reconfinement uniquement des non-vaccinés."

Le président des Hauts-de-France va également dans ce sens, en assurant qu'il "assumerait" les décisions à prendre à l'égard des non vaccinés. "Je ne reconfinerai pas tous les Français parce que certains ne veulent pas se faire vacciner", a promis Xavier Bertrand, louant les "efforts" déjà consentis par une large partie de la population.

876450610001_6281973667001

Les autres candidats opposés

Philippe Juvin, Michel Barnier, et Éric Ciotti se sont en revanche dits opposés à cette idée.

876450610001_6281973383001

Le premier, chef du service des urgences de l'hôpital européen Georges-Pompidou, plaide par exemple pour continuer d'aller chercher les plus vulnérables qui ne sont pas encore vaccinés, "avant de leur mettre des contraintes". Car selon lui, "il y a probablement des raisons" au fait qu'ils n'aient toujours pas reçu d'injection.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles