Covid-19 : à Wuhan, ancien épicentre de l'épidémie, la vie a repris son cours normal

Ambre Lepoivre
·2 min de lecture

Exportée depuis Wuhan au mois de janvier dernier, l'épidémie est désormais sous contrôle dans la ville chinoise. La population a repris une vie normale mais reste très vigilante pour éviter une rechute.

Hier épicentre de l’épidémie, Wuhan a aujourd’hui retrouvé une vie normale alors que l’Europe subit de plein fouet la deuxième vague de Covid-19. Après avoir passé plus de deux mois en confinement à partir du 23 janvier, la ville chinoise a repris progressivement sa liberté mais reste extrêmement attentive à la situation sanitaire.

"À Wuhan, le virus est contrôlé depuis le 8 avril mais la Chine reste totalement mobilisée. Les hôpitaux construits pendant la crise sont toujours présents, les frontières restent fermées et les quelques étrangers autorisés à entrer sur le territoire doivent subir une quarantaine extrêmement stricte. On reste très vigilants à la réintroduction du virus", explique sur BFMTV le docteur Philippe Klein, médecin chef de la clinique internationale de Wuhan.

Discipline

Près d’un an après les premières contaminations à Wuhan - la maladie a été détectée en décembre 2019 - le masque n’est désormais plus obligatoire dans la rue, hormis dans les transports en commun. Mais les habitants semblent avoir tiré les leçons de cette crise sanitaire sans précédent.

"Les Wuhanais continuent à porter le masque alors que ce n’est plus obligatoire. Chose qu’ils ne faisaient pas avant l’épidémie", souligne le professionnel de santé.

Une politique de tests massive a été mise en place avec une application pour assurer un suivi. À l’université, les étudiants sont soumis à un test de température à chaque entrée sur le campus. "Les Chinois ont envoyé un message extrêmement fort en janvier à leur population en bloquant 60 millions de personnes pour leur faire comprendre la gravité de la situation et la nécessité de contrôler très rapidement les choses pour revenir à une vie économique normale et avoir le moins de morts possible", explique le docteur Philippe Klein.

"Tout tourne autour de cette peur"

Et d’ajouter: "À partir de là, il s’est créé une peur et c’est ce qui a changé par rapport à avant dans la population: tout tourne désormais autour de cette peur. Il est nécessaire de faire comprendre aux Français que le danger est important et qu’il faut tout faire pour arrêter cette crise. Le reconfinement est inéluctable."

Prudents et disciplinés, les Wuhanais tiennent lieu d’exemple, mais des écarts existent néanmoins. Débarrassée du virus, la vie nocturne a repris de plus belle après le confinement. "Les étudiants sont revenus, les boîtes de nuit sont pleines, on s’amuse comme avant l’épidémie", décrit sur notre antenne Jean Humbert, un étudiant en économie qui a passé trois mois confiné dans sa chambre à Wuhan. Il savoure désormais sa liberté retrouvée.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :