Le couvre-feu est-il vraiment plus efficace à 18 heures qu'à 20 heures ?

Maxime Poul
·4 min de lecture
Jean Castex a annoncé que le couvre-feu débutera désormais à partir de 18 heures sur l'ensemble du territoire.

Comme pressenti depuis quelques jours, le couvre-feu à partir 18 heures, qui était jusqu’ici en place dans 25 départements, est désormais instauré sur l’ensemble du territoire. Cette mesure a-t-elle montré son efficacité ?

C’est la mesure principale annoncée par Jean Castex lors de son discours de ce jeudi 14 janvier. Le couvre-feu, qui débutait jusqu’ici à 20 heures dans la plupart des départements, débutera à 18 heures à partir de ce samedi 16 janvier sur l’ensemble du territoire. L’exécutif entend donc lutter contre l’augmentation des nouveaux cas de Covid-19 en étendant le couvre-feu et non en imposant un nouveau confinement.

Le couvre-feu est une mesure qui a déjà fait ses preuves. Il y a quatre semaines, des chercheurs de Santé publique France ont publié une étude sur l’efficacité du couvre-feu mis en place au mois d’octobre. En une dizaine de jours, le taux d’incidence (-23%) et le nombre d’admissions à l’hôpital (-7%) ont considérablement baissé et encore plus la semaine suivante avec respectivement des baisses de 47% et 25%. Le taux de reproduction du virus, communément appelé “R”, baisserait même de 0,3 avec la mise en place d’un couvre-feu, selon un chercheur de Montpellier cité par RTL. Si le couvre-feu s’est donc montré très utile, la question est maintenant de savoir si le fait de le passer de 20 heures à 18 heures aura une réelle incidence.

VIDÉO : Covid-19 : dans les supermarchés, le couvre-feu à 18h oblige à un rythme effréné :

Une baisse du R de 0,1

Selon ce même chercheur, un couvre-feu débutant à 18 heures plutôt qu’à 20 heures ferait baisser le R de 0,1 et aurait donc un léger impact sur l’incidence du virus. Ce jeudi matin, Olivier Véran a défendu la mesure face aux critiques en affirmant que “dans tous les départements qui ont adapté cette mesure, avec dix jours de recul, on a une augmentation du taux d’incidence de 16%, quand les autres ont une augmentation de 43%.” Le président LR de la région Grand Est Jean Rottner, estime également que cette mesure “porte ses effets” et donne une certaine “stabilité”.

Au contraire, le sénateur LR de Moselle François Grosdidier juge que ce couvre-feu étendu “a peu d’efficacité sanitaire”, et s’inquiète pour le moral des Français dénonçant une mesure qui “rend fou”. Pour certains médecins et épidémiologistes, si le couvre-feu s’est montré efficace dans un premier temps, c’était surtout lié à la fermeture des bars et restaurants. Mais le passer de 20 heures à 18 heures “n’a aucune efficacité”. C’est en tout cas ce qu’affirme Martin Blachier, épidémiologiste et médecin de santé publique, à CNews. Une position partagée par le Professeur Éric Caumes et l’épidémiologiste Catherine Hill.

La Guyane est-elle le bon exemple ?

En Guyane, à la sortie du 1er confinement, le couvre-feu imposé dans un premier temps à partir de 23 heures puis avancé à 21 heures, puis 19 heures et enfin 17 heures, avait permis de passer d’un taux de reproduction de 1,7 à 1,1 selon une étude de l’institut Pasteur. Mais la situation en Métropole est quelque peu différente. En effet, comme le rappelle Martin Blachier, les restaurants et les bars étaient à ce moment encore ouverts. “Si on empêche les habitants de circuler à partir de 21 heures puis dès 17 heures quand ces lieux sont accessibles au public, les effets sont forcément visibles”, explique-t-il à CNews.

Selon les calculs du site CovidTracker, le nombre de cas positif augmente moins rapidement dans les départements où le couvre-feu est effectif à partir de 18 heures depuis le 2 janvier. Interrogé par FranceInfo, Guillaume Rozier, créateur du site covidtracker.fr, estime que les effets du couvre-feu à partir de 18 heures ne sont pas “flagrants”, et qu’il est encore difficile d’en tirer des conclusions. “Pour l’instant, il est encore un peu tôt pour conclure de l’efficacité du couvre-feu. En octobre, on avait vu un réel effet qu’une bonne dizaine de jours après la mise en place du couvre-feu. Il faut environ 13 jours pour que toutes les données remontent.”

Ce contenu peut également vous intéresser :