Publicité

"Une couronne épineuse": Saint Denis explique comment il vit sa nouvelle notoriété avant son choc contre Poirier à l'UFC

Le jour du combat approche. Dans la nuit du 9 mars au 10 mars prochain, Benoît Saint Denis affrontera Dustin Poirier, star du MMA, en co-main event de l'UFC 299 à Miami. En cas de victoire, le Français fera un sacré bond au classement. Le natif de Nîmes est actuellement 12e chez les poids légers.

Impressionnant lors de sa victoire par TKO dès le deuxième round contre le Brésilien Thiago Moisés en septembre dernier à Paris, "BSD" a marqué les esprits en s'imposant en 91 secondes contre Matt Frevola en novembre dernier à New-York.

>> Vivez le choc Poirier-Saint Denis et toutes les soirées UFC avec les offres RMC Sport

A la fois un "bonheur" et une "malédiction"

Une notoriété avec laquelle Saint Denis doit désormais vivre. Comme il l'a exprimé dans le Super Moscato Show ce mercredi, à quelques jours d'un combat qui peut s'annoncer historique pour lui: "C'est vraiment difficile. C'est à la fois le bonheur et la fierté d'être suivi et d'être beaucoup soutenu, mais c'est aussi la malédiction de perdre beaucoup de moments à soi et en famille ainsi que dans la vie quotidienne."

"C'est à double tranchant", poursuit-il. "II y a eu des étapes. Moi je l'ai vécu en même temps que le développement du MMA en France. J'ai explosé au bon moment avec la légalisation de la discipline. Je goûte à cette couronne épineuse, c'est particulier. Ça apporte beaucoup de bonnes choses mais aussi du néfaste. Il faut savoir vivre avec."

Si une victoire contre Dustin Poirier peut faire basculer Benoît Saint Denis dans une autre dimension, l'actuel 12e au classement des poids légers n'est pas le seul visage français dans le MMA. Car un certain Cédric Doumbè, par exemple, a pris beaucoup de lumière ces derniers mois. Mais BSD fait la différence entre popularité et avancement sportif.

"Il y a plusieurs visages. Cédric Doumbè et Baysangur (Chamsoudinov, qui affronte Doumbè le 7 mars au PFL) sont de très bons combattants. Doumbé est un très grand champion dans le kick-boxing. Il a une grande notoriété. C'est la particularité des sports de combat. Il n'y a pas réellement de logique. On peut avoir de l'engouement sur un combat où les enjeux sportifs sont très faibles. Au niveau de l'enjeu sportif, aujourd'hui, il y a Ciryl Gane (numéro 2 des lourds à l'UFC), Nassourdine Imavov (numéro 8 des poids moyens à l'UFC), Manon Fiorot (numéro 3 des poids mouches à l'UFC) et moi-même. Mais il y aussi d'autres combattants, s'ils arrivent à devenir des champions, qui feront beaucoup de bruit aussi."

Article original publié sur RMC Sport