Amy Coney Barrett à la Cour suprême : ultime victoire de Donald Trump ?

De notre correspondante à Washington Hélène Vissière
·1 min de lecture
Donald Trump et la juge Amy Coney Barrett à la Maison-Blanche le 22 octobre 2020.
Donald Trump et la juge Amy Coney Barrett à la Maison-Blanche le 22 octobre 2020.

Au Sénat, d'habitude, on prend son temps. Parfois même beaucoup de temps. Mais cette fois, les élus républicains ont fait preuve d'une diligence inhabituelle. Un mois jour pour jour après que Donald a dévoilé le nom de sa candidate à la Cour suprême, celle-ci vient d'être validée lundi par la chambre haute du Congrès. Amy Coney Barrett, 48 ans, reprend le fauteuil de l'icône libérale Ruth Bader Ginsburg, morte il y a 38 jours, le 18 septembre. Le processus de désignation puis de confirmation aura été l'un des plus rapides de l'histoire.

Les démocrates ont protesté contre ce processus, qu'ils jugent « illégitime » car il intervient à quelques jours de l'élection présidentielle. Ils rappellent qu'en 2016, Mitch McConnell, le chef des républicains au Sénat, avait refusé d'auditionner un juge nommé à la Cour suprême par Barack Obama, alors à huit mois de la fin de son mandat. Leur argument ? C'était bien trop près du scrutin et les électeurs devaient avoir leur mot à dire dans l'orientation de la Cour ! Autre temps, autres pratiques?

Lire aussi La sélection d'Amy Coney Barrett relance l'enthousiasme des supporteurs de Trump

Une énorme victoire

Mitch McConnell a depuis changé son fusil d'épaule. Il a fait de la confirmation une priorité absolue, délaissant tout autre projet de loi y compris le plan de relance économique tant attendu pour aider les foyers et les entreprises affectés par la pandémie. « C'est le processus de confirmation d'un juge à la Cour suprême le [...] Lire la suite