La Cour suprême américaine va se pencher sur le droit à l'avortement

·2 min de lecture
LA COUR SUPRÊME AMÉRICAINE VA SE PENCHER SUR LE DROIT À L'AVORTEMENT

par Lawrence Hurley

WASHINGTON (Reuters) - La Cour suprême des États-Unis a accepté lundi de se pencher sur l'arrêt Roe v. Wade de 1973, qui a légalisé l'avortement dans tout le pays, à la demande du Mississippi qui souhaite rétablir une loi d'Etat soutenue par les républicains interdisant l'IVG après quinze semaines de grossesse.

Lorsqu'ils étudieront l'affaire au cours de leur prochaine session, qui commence en octobre et se termine en juin 2022, les juges examineront s'il convient d'annuler une partie centrale de cet arrêt historique, un objectif de longue date des conservateurs religieux.

Dans l'arrêt Roe v. Wade, confirmé en 1992, la Cour a déclaré que les États ne pouvaient pas interdire l'avortement avant la période de viabilité du fœtus, estimée par les médecins entre 24 et 28 semaines de grossesse.

La loi du Mississippi prévoit de revenir sur ce seuil et d'interdire l'avortement bien plus tôt.

Les opposants à l'avortement espèrent que la Cour suprême restreindra ou annulera la décision Roe v. Wade. Ils comptent pour cela sur la nouvelle composition de la Cour qui est passée d'une majorité conservatrice de 5-4 à 6-3 après la confirmation par le Sénat, l'année dernière, de la juge Amy Coney Barrett, nommée par Donald Trump.

Celle-ci a succédé à la juge libérale Ruth Bader Ginsburg, considérée comme une figure féministe, décédée en septembre 2020.

Lorsque Ruth Bader Ginsburg siégeait encore à la Cour suprême, en juin 2020, celle-ci avait voté pour invalider une loi sur l'avortement en Louisiane qui imposait des restrictions aux médecins pratiquant l'IVG.

Ce jugement de juin 2020 était la première décision majeure de la Cour en matière d'avortement depuis que Donald Trump a nommé Brett Kavanaugh en 2018 et Neil Gorsuch en 2017 en tant que juges. Tous deux avaient voté en faveur des restrictions de la Louisiane.

Si la juge Amy Coney Barrett devait suivre cette voie, les conservateurs pourraient disposer d'une majorité pour restreindre le droit à l'avortement.

La loi du Mississippi de 2018, comme d'autres lois adoptées par des États dirigés par des républicains, constitue une remise en cause directe de l'arrêt Roe v. Wade. Trump avait promis pendant la campagne présidentielle de 2016 de nommer des juges qui l'annuleraient.

L'avortement reste un sujet de discorde aux États-Unis, comme dans de nombreux pays. Les conservateurs chrétiens sont parmi ceux qui y sont le plus opposés.

Le nombre d'avortements aux États-Unis n'a cessé de diminuer depuis le début des années 1980, atteignant les niveaux les plus bas jamais enregistrés ces dernières années, selon l'institut à but non lucratif Guttmacher.

(Lawrence Hurley, version française Hayat Gazzane, édité par Jean-Stéphane Brosse)