Ces couples maudits que l'Histoire a brisés

Par François-Guillaume Lorrain
·2 min de lecture
« Le Sacrifice d'inès de Castro »

Âmes sensibles ne pas s'abstenir. Malheur et couples royaux font bon ménage quand l'Histoire s'en mêle. La preuve avec le dernier livre de Jean des Cars.

« Tu seras reine ici comme tu l'aurais été. » C'est en ces termes que Pierre Ier du Portugal s'adresse à sa maîtresse, Inès, dont il a fait sa secrète épouse. Mais Inès est morte depuis huit ans. Qu'à cela ne tienne. Pour venger son meurtre, commandité par le père de Pierre, le roi Alphonse IV, qui refusait cette union, le nouveau souverain fait exhumer le cadavre de sa maîtresse pour l'asseoir à ses côtés sur un trône. Montherlant saura se souvenir de cette mise en scène éminemment macabre et sublime pour écrire La Reine morte.

Ces couples brisés sur l'autel de l'Histoire

Amateur des destins royaux et tragiques, Jean des Cars exhume avec brio et empathie une dizaine de ces couples que l'Histoire, avec sa grande hache, aura brisés. On y retrouve des Français. François II, mort à 16 ans, que sa jeune épouse, Marie Stuart, future reine décapitée d'Écosse, pleura par un poème : « Et en soupirs cuisants passent mes meilleurs ans? » Le duc et la duchesse de Berry, veuve en 1820 après qu'un ardent bonapartiste a poignardé son mari alors qu'il entrait à l'Opéra, rue de Richelieu. Le mélodrame est de la partie quand le duc, fils de Charles X, à l'agonie, avoue à son épouse qu'il a eu deux enfants d'une autre femme, lui demandant d'en prendre soin comme de l'héritier qu'elle porte alors dans son ventre, le futur comte de Chambord. La duchesse tiendra sa promesse avant de devenir la pasionaria échevelée et excessive des légitimistes, après l'accession au trône de Louis (...)

Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :