Publicité

Le couple de Français qui voulait « sacrifier » son fils dans le Sahara mis en examen

Image fournie par les autorités espagnoles du couple arrêté fin décembre sur la route du Sahara, et qui avait le projet de « sacrifier » leur fils de 5 ans.
Image fournie par les autorités espagnoles du couple arrêté fin décembre sur la route du Sahara, et qui avait le projet de « sacrifier » leur fils de 5 ans.

FAITS DIVERS - Le croyant « possédé », un couple de Français projetait de « sacrifier » leur fils de 5 ans dans le Sahara. Les deux Girondins ont été arrêtés en Espagne à la demande de la France, et ont été mis en examen pour « association de malfaiteurs », a indiqué ce mardi 16 janvier le parquet de Bordeaux.

Un couple de Français qui voulait « sacrifier » son fils de 5 ans arrêté en Espagne

Une information judiciaire avait initialement été ouverte « des chefs d’arrestation, enlèvement, séquestration ou détention arbitraire d’otage mineur de 15 ans pour faciliter un crime ou un délit ».

Mais cette qualification n’a pas été retenue par la juge d’instruction qui a entendu les parents vendredi, a précisé le parquet, confirmant une information du journal Sud Ouest. Le couple a été placé en détention provisoire.

L’enfant a été rapatrié en France

La procédure avait été ouverte après un « appel d’une requérante s’inquiétant pour le fils d’un couple d’amis, âgé de cinq ans », avait indiqué début janvier le parquet. « Le père tenait des propos délirants » et « envisageait de se rendre au Maghreb en compagnie de sa femme et de leur fils pour procéder à une forme de parcours initiatique », avait-il alors ajouté.

La garde civile espagnole avait interpellé le couple le 21 décembre dans le port d’Algésiras, dans le sud de l’Espagne, alors qu’il était sur le point d’embarquer en voiture dans un ferry pour Tanger au Maroc.

Le père, né en 1984, et la mère, née en 1993, tous deux professeurs de musique, ont été extradés. Tandis que leur enfant a été rapatrié en France et une procédure de placement a été engagée, a-t-on appris de l’avocate du père, Me Audrey Boussillon.

À voir également sur Le HuffPost :

Affaire Théo : à la barre, Théo Luhaka raconte son calvaire quotidien depuis sa grave blessure à l’anus

En Turquie, deux joueurs israéliens s’attirent les foudres d’Ankara avec des messages de soutien aux otages