Publicité

Coupe du Roi: un superbe but de Griezmann fait plier le Real et envoie l'Atlético en quarts

Honoré avant la rencontre comme nouveau meilleur buteur de l'histoire de son club par une splendide ovation de ses supporters, Antoine Griezmann leur a bien rendu en rapprochant l'Atléti de la qualification au bout d'un match fou d'une frappe en lucarne après avoir déposé Vinicius (100e, 3-2). Un 175e but du Français, suivi d'un autre de Riquelme (119e, 4-2), qui signe la revanche de son équipe une semaine après une défaite amère face au Real en demi-finale de la Supercoupe d'Espagne dans une autre rencontre folle (5-3 après prolongation) à Ryad, en Arabie saoudite.

La formation rouge et blanche rejoint en quarts le FC Barcelone, qui s'est défait plus tôt d’un club de D3, Salamanque (3-1), Gérone, Séville, Bilbao, Majorque, le Celta Vigo et la Real Sociedad. Au cours d'un début de match tendu, dans une ambiance incandescente réchauffée par quelques invectives et de nombreux fumigènes craqués devant le stade, ce sont pourtant les Merengues de Carlo Ancelotti qui avaient pris le contrôle du jeu.

Deux cadeaux et Griezmann surgit

Insaisissable, l'homme providentiel du Real, Jude Bellingham, a refroidi les supporters colchoneros en trouvant la barre du gauche après un numéro dans la surface où il s'est joué de trois défenseurs adverses (11e). Les Merengues, habituellement si efficaces, n'ont cette fois pas su profiter de leur temps fort et ont été surpris contre le cours du jeu par un but de Lino, plus prompt que Lunin pour reprendre un ballon lobé de De Paul contré par Rüdiger (39e, 1-0). Mais ils sont rapidement revenus dans le match grâce à une sortie complètement ratée du portier slovène Oblak, qui a dévié le coup franc de Modric dans son propre but (46e, 1-1).

Dominés et sans solutions en attaque, les hommes de Diego Simeone ont repris l'avantage peu avant l'heure de jeu sur un but venu de nulle part de Morata à la suite d'une mésentente entre Rüdiger et Lunin, crucifiant une fois de plus son ancien club (57e, 2-1). Une deuxième situation mal gérée par le jeune gardien ukrainien, pourtant préféré à Kepa comme en finale de la Supercoupe face au Barça (4-1), pour palier la longue absence du titulaire Thibaut Courtois.

Un 175e but avec l’Atlético pour Griezmann

Les Madrilènes auraient pu égaliser mais ont manqué de réussite en touchant une deuxième fois la barre d'Oblak (75e), avant que Lunin ne sorte la parade du match qui a évité le but du break sur une tentative Morata (82e). Passé proche du précipice, le Real a, comme souvent cette saison, eu les ressources pour revenir, Joselu égalisant de la tête sur un centre parfait de Bellingham (83e, 2-2). Une nouvelle réalisation décisive du supersub espagnol, déjà auteur du 4-3 en prolongation en Supercoupe la semaine passée.

Mais le temps supplémentaire a souri aux locaux, Griezmann faisant exploser le Metropolitano d'une frappe puissante dans l'angle fermé après avoir effacé Vinicius sur le côté droit (100e, 3-2). Le jeune Rodrigo Riquelme a ajouté un quatrième but en contre (119e) pour sceller la qualification des siens dans un vacarme assourdissant.

Article original publié sur RMC Sport